BANQUE

Le Crédit Agricole supprime 500 emplois

Le Crédit Agricole a annoncé la suppression de 500 postes dans le monde, dont la moitié en France, au sein de sa filiale Calyon. Ce "plan de réduction des coûts" vise à réaliser 300 millions d'euros d’économies d'ici la fin 2009.

Publicité

Le Crédit Agricole va supprimer 500 emplois dans le monde, dont la moitié en France, au sein de sa filiale, la banque d'affaires Calyon, très malmenée par la crise du "subprime", a-t-il annoncé mercredi dans un communiqué.

En France, les suppressions d'emplois se feront sur la base du "volontariat" et de "la mobilité interne au groupe", indique le groupe qui ne précise pas les autres pays touchés.

Ce "plan de réduction des coûts" vise à réaliser 300 millions d'euros d’économies d'ici à la fin 2009, explique le Crédit Agricole, la banque française la plus touchée par la crise.

Il a déjà "fait l’objet d’une première présentation aux représentants du personnel en vue d’entamer le processus de concertation".

"Le volet international devrait être mené d’ici fin 2008 dans le respect des réglementations locales", ajoute le groupe.

Ces suppressions d'emplois représentent un peu moins de 4% de l'effectif total de Calyon, qui emploie 13.000 personnes dans 58 pays, dont 4.000 en France.

Le groupe annonce par ailleurs l'abandon de ses activités de marché affectées par la crise financière et désormais jugées trop risquées.

Calyon va en outre investir 200 millions d'euros en deux ans (2008 et 2009) pour renforcer le contrôle des risques dans ses activités sur les marchés financiers.

Il annonce aussi une "redéfinition complète des modes de rémunération variable", c'est-à-dire des bonus accordés aux traders en fin d'année en fonction de leurs résultats.

"Calyon a été sévèrement impacté par la crise que traverse actuellement le système financier. Dans ces conditions, un recentrage rapide et vigoureux s’imposait", a déclaré Georges Pauget, directeur général de Crédit Agricole S.A. et président de Calyon, cité dans le communiqué.

La crise des crédits immobiliers américains à risque ("subprime") a coûté 6,5 milliards d'euros au Crédit Agricole.

Le Crédit Agricole, longtemps pure banque de détail, s'est tourné vers le métier de banque d'affaires en 1996, à la faveur de l'acquisition d'Indosuez. En 2003, il a racheté le Crédit Lyonnais. Sa filiale Calyon est née de la fusion d'Indosuez et des activités de banque d'affaires du Lyonnais.

Plusieurs banques d'affaires, affectées par la crise du "subprime", ont déjà, ces derniers mois, taillé dans leurs effectifs: Natixis avait ainsi annoncé en mai la suppression de 850 emplois en France, et autant parmi les prestataires extérieurs.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine