ÉTATS-UNIS - ÉLECTION

L'histoire du "cochon" d'Obama envahit la campagne

"Vous pouvez mettre du rouge à lèvres à un cochon, c'est toujours un cochon", a ironisé, mardi, Barack Obama à propos de la volonté de changement des républicains, au pouvoir depuis huit ans. Un bon mot qui lui vaut d'être taxé de sexisme.

Publicité

 

Lisez les billets de deux internautes du site participatif de FRANCE 24, les Observateurs : "Un cochon qui pourrait coûter cher à Obama"

 

 

Le camp républicain accuse Barack Obama de sexisme à l'encontre de la candidate à la vice-présidence Sarah Palin, après les propos du candidat démocrate estimant que le programme de John McCain revient à "mettre du rouge à lèvres à un cochon".

Lors d'un meeting mardi à Lebanon, en Virginie (est), Barack Obama a ironisé sur la volonté de changement proclamée par le "ticket" McCain-Palin après huit ans de présidence républicaine.

"Vous pouvez mettre du rouge à lèvres à un cochon. C'est toujours un cochon", a lancé M. Obama en provoquant les rires du public. "Vous pouvez emballer un vieux poisson dans du papier et l'appeler changement. Il sentira toujours mauvais après huit ans".

Quelques heures après ces propos, la contre-offensive a pris la forme d'une vidéo diffusée sur le site internet du candidat républicain John McCain.

Le message commence par un extrait du discours de Mme Palin devant la convention républicaine la semaine. Elle plaisante en affirmant que la seule différence entre une maman comme elle-même qui accompagne ses enfants au hockey et un "pitbull" est... "le rouge à lèvres". Suit la déclaration d'Obama, amputée de son introduction, dans laquelle il met en doute la volonté de changement du ticket McCain-Palin.

Le message bascule alors sur une analyse de la défaite d'Hillary Clinton lors des primaires démocrates par la journaliste de CBS Katie Couric. "Une des grandes leçons de cette campagne, c'est le maintien et l'acceptation du sexisme en Amérique", assure-t-elle.

Conclusion du message: Barack Obama est-il "prêt à diriger? Non. Prêt à insulter? Oui".

En campagne mercredi à Norfolk (Virginie, est), M. Obama a accusé les républicains de vouloir faire diversion en sortant "une remarque quelconque" de son contexte pour éviter de parler des vrais problèmes.

"Mettre du rouge à lèvres à un cochon" est une expression populaire couramment utilisée aux Etats-Unis. Le camp Obama s'est d'ailleurs empressé de rappeler que M. McCain lui-même l'avait employée en octobre 2007 pour décrire les propositions de Mme Clinton.

Les démocrates ont également affirmé que le candidat républicain s'était servi de cette expression à deux autres reprises l'an passé, et que douze autres responsables républicains en avaient fait de même ces dernières années.

"Nous avons une crise énergétique. Nous avons un système éducatif qui ne fonctionne pas pour beaucoup trop d'enfants. Nous avons une économie qui entraîne des privations pour les Américains. Nous sommes impliqués dans deux guerres (...) Et c'est tout ce dont (les républicains) veulent parler", a lancé M. Obama.

Barack Obama devait décliner dans la journée ses propositions en matière d'éducation, un sujet qui a également fait l'objet d'une attaque du camp républicain.

Dans une nouvelle vidéo, les républicains accusent le candidat démocrate de n'avoir réalisé qu'un seul projet en matière d'éducation: "une législation pour enseigner la sexualité" aux enfants dans l'Illinois, Etat dont il est sénateur.

"Apprendre la sexualité aux enfants avant de leur apprendre à lire?", interroge alors le message. Barack Obama a "tort sur l'éducation. Il a tort pour votre famille".

"Il est honteux et pervers de la part du camp McCain de se servir d'une loi qui a été faite pour protéger les enfants des pédophiles", a répliqué un porte-parole du camp Obama, Bill Burton.

"La semaine dernière, John McCain a dit au magazine Time qu'il n'était pas en mesure de définir ce qu'était l'honneur. Maintenant, nous savons pourquoi", a-t-il ajouté.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine