CRISE GÉORGIENNE

Moscou demande des sanctions contre Tbilissi à l'ONU

Le représentant permanent de Moscou auprès des Nations unies, Vitaly Tchoukirne, a demandé mardi au Conseil de sécurité de l'ONU d'imposer un embargo sur les armes à destination de la Géorgie, une initiative dénoncée par Washington.

Publicité

 La Russie a demandé mardi au Conseil de sécurité de l'Onu d'imposer un embargo sur les armes à destination de la Géorgie.

 

Cette initiative, défendue par le représentant permanent de Moscou auprès des Nations unies, Vitaly Tchoukirne, a été immédiatement dénoncée par les Etats-Unis, qui y voient un subterfuge visant à détourner l'attention du maintien de la présence militaire russe en Géorgie malgré l'accord de cessez-le-feu du 12 août.

 

Le diplomate russe a soumis un projet de résolution aux Quinze invitant les Etats membres à mettre en œuvre des mesures interdisant la vente de tous "les armes ou équipements militaires" à Tbilissi, ainsi que toute "assistance, consultations ou entraînement (d'ordre militaire)".

 

S'adressant à la presse après la réunion du Conseil, Tchourkine a reconnu que les Etats-Unis, qui soutiennent l'intégrité territoriale de la Géorgie ainsi que ses aspirations à adhérer à l'Otan, risquaient de s'opposer très vivement à ce texte.

 

"Mais nous croyons qu'il était absolument nécessaire de faire cette déclaration politique en initiant ce projet de texte", a ajouté le diplomate russe.

 

La porte-parole de la mission américaine aux Nations unies, Carolyn Vadino, a pour sa part déclaré que ce projet de résolution était "une simple tentative de la part de la Russie visant à détourner l'attention de ses obligations réelles" - à savoir son retrait effectif des secteurs géorgiens bordant de l'Ossétie du Sud et l'Abkhazie.

 

Sous pression de la présidence française de l'Union européenne, Moscou a accepté lundi de retirer ses soldats du territoire géorgien, à l'exception de ces deux régions séparatistes.

 

On ignore pour le moment si les Quinze se prononceront sur le projet de résolution russe ou si ce dernier sera remisé, comme ce fut le cas de plusieurs autres projets russes sur la Géorgie.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine