RUSSIE - GOUVERNEMENT

Medvedev veut rétablir la confiance des investisseurs

Le président Dmitri Medvedev a demandé au gouvernement et à la Banque centrale de "faire tout ce qu'ils peuvent" pour redonner confiance aux investisseurs russes inquiets de la crise mondiale et des conséquences du conflit en Géorgie.

Publicité

Le président russe Dmitri Medvedev a pour la deuxième fois en deux jours volé au secours d'un marché financier russe plongé en pleine crise de confiance par la mauvaise conjoncture mondiale et par le conflit en Géorgie, sans parvenir à lever le doute.

"Le gouvernement et la Banque centrale doivent faire tout ce qu'ils peuvent pour assurer l'entrée de nouvelles ressources financières sur le marché. C'est absolument évident et il faut le faire", a-t-il déclaré lors d'une réunion consacrée aux questions financières, selon des images retransmises par la télévision.

Faute de telles mesures, les flux de capitaux, déséquilibrés, pourraient "créer des problèmes pour la liquidité bancaire, accroître les risques d'inflation ou provoquer une surchauffe exagérée de l'économie", a-t-il prévenu, alors que ces trois sujets donnent déjà du fil à retordre à l'économie russe selon les analystes.

Mercredi déjà, le président russe avait tenté de réconforter des investisseurs accablés par une série de mauvaises nouvelles: débâcle des cours du pétrole, dont la Russie est très dépendante, dégradation à vue d'oeil de l'économie américaine, et surtout un bras de fer entre la Russie et l'Occident qui ne semble pas près de s'apaiser.

Le résultat de ces craintes se fait chaque jour plus visible: le principal indice de la Bourse de Moscou, le RTS a dévissé de 47% depuis son plus haut en mai, et de 29% depuis le début du conflit en Géorgie le 7 août. Le rouble s'est lui aussi dangereusement affaibli face au dollar depuis quelques semaines.

Les investisseurs étrangers ont rapatrié plusieurs milliards de dollars au mois d'août et les entreprises russes ont de plus en plus de mal à décrocher des prêts pour refinancer leur activité.

"La situation sur le marché de la dette est déjà très compliquée. Les entreprises ont de plus en plus de problèmes de liquidités. Ces derniers temps, on a déjà assisté à plusieurs cas de cessation de paiement", souligne Alexandre Petrov, analyste de la société d'investissement russe Univer.

Dans ce contexte morose, la seconde intervention du président russe n'a pu ranimer le marché, qui après s'être un temps stabilisé, n'a pas tardé à replonger après l'apparition de mauvais indicateurs américains: le RTS a clôturé en baisse de 2,72%.

M. Medvedev a répété que la tempête que traverse actuellement la Bourse russe était selon lui "un phénomène temporaire, qui ne reflète pas l'état objectif de l'économie", dont la croissance devrait atteindre 8% cette année selon lui.

"Le marché boursier russe demeure très prometteur pour les investissements et les investisseurs sérieux comprennent cela", a-t-il ajouté. Mercredi, il avait promis qu'en prenant les bonnes mesures, le gouvernement parviendrait à faire remonter les indices boursiers "aux niveaux que nous avions au début de l'année".

Le ministre des Finances Alexeï Koudrine a suggéré que le gouvermement pourrait investir une partie de son Fonds de prospérité nationale (destiné aux retraites) pour soutenir le marché boursier: "Cette perspective est possible", a-t-il dit jeudi. Une telle mesure ne serait pas sans risque pour les notes souveraines de la Russie, a toutefois prévenu l'agence de notation financière SP.

Le président de la Banque centrale russe, Sergueï Ignatiev, a de son côté assuré que le rouble était sous bonne garde: "La Banque centrale contrôle totalement la situation sur les marchés des changes". "Nous disposons pour cela de toutes les possibilités", a-t-il dit en allusion aux gigantesques réserves de devises dont dispose la Banque, les troisièmes au monde.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine