BOLIVIE

Morales expulse l'ambassadeur américain

Le président bolivien Evo Morales a demandé à l'ambassadeur des États-Unis, Philip Goldberg, de quitter le pays. Alors que les manifestations se durcissent contre le dirigeant bolivien, il l'accuse d'encourager la division en Bolivie.

Publicité

Le président bolivien Evo Morales a décrété mercredi persona non grata l'ambassadeur des Etats-Unis à La Paz, Philip Goldberg, qu'il a accusé d'alimenter la division et le séparatisme en Bolivie.

Un porte-parole du département d'Etat américain, Gordon Duguid, a qualifié mercredi d'"infondées" ces accusations.

M. Morales lors d'une réunion au palais présidentiel à La Paz a déclaré: "Je demande au ministre des Affaires étrangères d'envoyer aujourd'hui (un message) faisant connaître la décision du gouvernement, du président afin qu'il regagne son pays". "Celui qui cherche la division de la Bolivie, c'est l'ambassadeur des Etats Unis", a ajouté le dirigeant, accusant M. Goldberg d'encourager les troubles dans cinq des neuf départements du pays où est rejeté le projet de nouvelle Constitution que M. Morales entend faire approuver en janvier par un referendum populaire.

Le ministère des Affaires étrangères bolivien avait déjà manifesté son mécontentement fin août à la suite d'une réunion publique qui s'était déroulée entre le diplomate américain et préfet de la région de Santa Cruz, Ruben Costas, farouche opposant à Morales à la tête de l'opposition. Le gouvernement avait exigé qu'à l'avenir ne se reproduise plus ce type de rencontre, à l'heure où la Bolivie traverse une crise politique profonde.

L'opposition en Bolivie poursuivait mercredi des opérations de protestation contre la politique d'Evo Morales, au lendemain de manifestations violentes  dans les régions qu'elle domine.

Des groupes de jeunes manifestants ont provoqué mercredi l'arrêt de la livraison de gaz naturel à l'Argentine et partiellement au Brésil en occupant une station de pompage d'un gazoduc du sud de la Bolivie.

Le porte-parole du gouvernement Yvan Canelas a accusé à nouveau les gouverneurs régionaux opposés au président Morales, de "chercher la guerre civile" au moyen d'"un affrontement avec les militaires et la police".

Des affrontements avec les forces de l'ordre avaient fait plusieurs blessés mardi soir à Santa Cruz (est), la région la plus riche du pays andin, et à Tarija (sud), province détenant la majorité des réserves d'hydrocarbures.
   

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine