Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DEMAIN À LA UNE

RD Congo : coup d'envoi de la campagne à un mois de la présidentielle

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Jawad Bendaoud, le logeur des jihadistes du 13-Novembre, jugé en appel

En savoir plus

FOCUS

Le chlordécone, poison pour les terres et les corps en Martinique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Zahia Ziouani, la "maestra" pour qui rien n’est impossible

En savoir plus

L’invité du jour

Stéphane Bourgoin : "Les serial killers cherchent à devenir l’égal de Dieu"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Affaire Carlos Ghosn : quel avenir pour l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ivanka Trump doit-elle aller en prison ?"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Carlos Ghosn, zéro de conduite"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sur un navire en Lybie, 79 migrants refusent de débarquer à Misrata

En savoir plus

Exclusif : Au combat, côté Taliban

Dernière modification : 18/09/2008

Claire Billet, correspondante de France 24 à Kaboul, a tourné avec Tahir Luddin un reportage exceptionnel en passant du côté des Taliban, au moment même où ils lançaient une attaque meurtrière contre les forces de police afghanes.


Pour en savoir plus, retrouvez les coulisses de ce tournage à hauts risques

 

 

Les Taliban se targuent d’avoir une meilleure connaissance du terrain, l'expérience du combat et le soutien grandissant de la population. Une organisation redoutable qui complique la tâche de la coalition déployée en Afghanistan.

Pour comprendre comment les Taliban parviennent à porter des coups si rudes aux forces afghanes et à leurs alliés américains ou français, Claire Billet s’est rendue début septembre dans la province du Wardak, voisine de Kaboul à la rencontre du commandant Abu Tayeb et de ses hommes.

Ces derniers considèrent aujourd’hui les forces françaises comme ennemies, même si les dix soldats tués lors d'une embuscade le 18 août dernier sont tombés dans une autre région. "Je veux dire quelque chose aux soldats français. S’ils écoutent leur gouvernement et sont des marionnettes des Etat-Unis, ils recevront encore plus d’attaques, comme celle de Sarobi. Et même des plus violentes. Ils doivent changer leur politique" déclare Abu Tayeb. Conscients de la nécessité de parler aux médias pour faire passer son message, les supérieurs du commandant Tayeb l’ont autorisé à recevoir la journaliste qu’il avait déjà rencontré l’année dernière.
 
Le Wardak, territoire des Taliban

Abu Tayeb parle du Wardak comme du territoire des Taliban : "Les Taliban ont le pouvoir, pas le gouvernement de Karzaï. Tout le district est Taliban, sauf quelques boutiques dans le centre."

Pour expliquer le soutien grandissant des habitants de la province, Haji Mullah, un des insurgés,  pense que c’est parce que "les Taliban ne les volent pas, ne sont pas cruels avec eux. Il y a de la stabilité dans leurs zones et ils peuvent défendre leurs droits, en ce qui concerne les disputes de terres par exemple. Ils ne passent pas par le gouvernement pour obtenir justice, mais par les Taliban."

Premier jour de ramadan, jour de combat

Après la présentation des combattants, la rupture du jeûne du ramadan, en passant par l’entraînement au maniement des armes, les reporters de France 24 ont été autorisés à les accompagner lors d’une attaque d’un poste de contrôle de la police afghane.

Ils ont assisté, au péril de leurs vies, à la préparation et au déroulement de l’opération. Ils ont appris le lendemain que trois policiers étaient morts, et deux autres blessés lors de l’offensive. Cette guérilla pratiquée par les Taliban est presque quotidienne. Ils intensifient leurs attaques, au point de se rapprocher chaque jour un peu plus de la capitale afghane.
 

 

Première publication : 12/09/2008