ÉTATS-UNIS - OURAGAN

Ike pourrait coûter 100 milliards de dollars au Texas

Rick Perry, gouverneur du Texas, a qualifié l'ouragan de "monstre" et estimé que le coût des dégâts pourrait atteindre 100 milliards de dollars. Un million de Texans ont été évacués mais 250 000 seraient restés dans les zones à risque.

Publicité

HOUSTON - L'ouragan Ike se rapprochait vendredi du Texas, dont les côtes étaient déjà balayé des vents violents et d'impressionnantes vagues et où les autorités ont fait évacuer près d'un million de personnes, redoutant une catastrophe.

 

A 22h00 locales (03h00 GMT), Ike se trouvait à 85 km au sud-sud-est de Galveston et progressait à 19 km/h, selon le centre américain de veille cyclonique (USNHC).

 

Classé en catégorie 2 avec des vents soufflant à 175 km/h, l'ouragan pourrait passer en catégorie 3 sur une échelle de cinq lorsqu'il atteindra les terres, a ajouté l'USNHC.

 

Quelque 13 millions de personnes sont susceptibles d'être touchées sur toute la côte du golfe du Mexique et dans les terres, notamment à Houston, quatrième mégalopole des Etats-Unis, selon les services du rencensement.

 

"La nation est confrontée à un ouragan qui est assurément potentiellement catastrophique", a déclaré vendredi le secrétaire à la Sécurité intérieure Michael Chertoff.

 

Ike pourrait être la tempête la plus violente frappant le Texas en près de cinquante ans, et le troisième ouragan le plus dévastateur de l'histoire américaine après Katrina en 2005 et Andrew en 1992.

 

La compagnie Risk Management Solutions a estimé la valeur des propriétés assurées dans la zone à risque à 1.000 milliards de dollars.

 

Le canal maritime de Houston, deuxième port du pays, pourrait être submergé par les eaux et les vents pourraient les façades de verre des gratte-ciel de la ville, ont mis en garde les prévisionnistes.

 
 
"Mon lit flottait"
 

Des vents violents et des pluies diluviennes s'abattaient déjà sur les côtes du Texas et d'impressionnantes vagues venaient frapper le mur de cinq mètres de haut construit pour protéger l'îlot de Galveston après le désastre provoqué en 1900 par l'ouragan le plus meurtrier de l'histoire des Etats-Unis.

 

En fin de journée, le niveau des eaux étaient déjà monté de 2,7 mètres à Galveston, situé à une cinquantaine de kilomètres en aval de Houston.

 

Des incendies se sont déclarés dans une douzaine de maisons de l'île, mais les inondations ont empêché les pompiers d'y accéder, a rapporté la télévision locale.

 

Les garde-côtes ont porté secours à 65 personnes menacées par la montée des eaux dans la péninsule de Bolivar, à l'est de Galveston. Un navire marchand à bord duquel se trouve 22 personnes était quant à lui privé d'électricité à 145 km des côtes.

Près d'un million de personnes ont été évacuées de la région, et un couvre-feu a été imposé pour toute la journée, mais les autorités s'inquiétaient de voir de nombreux habitants demeurer chez eux.

"Nous ne savons pas ce que nous allons trouver demain", a dit le maire de Galveston Lyda Ann Thomas au Houston Chronicle. "Nous espérons retrouver les gens qui ne sont pas partis sains et saufs."

 
Des mesures ont aussi été prises pour prévenir les risques de pillage.
 

Les services météorologiques ont prévenu les personnes qui ignoraient les consignes qu'elles prenaient "le risque d'une mort certaine" et ont estimé que 100.000 habitations pourraient être inondées.

 

Certains se sont résolus à partir à la dernière minute. "Quand je me suis réveillé, mon lit flottait dans la maison", a raconté David Daubuisson, habitant de Bayou Vista. "J'ai seulement pris ce que je pouvais et je suis parti."

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine