FINANCE - ÉTATS-UNIS

Barclays n'est plus intéressée par la reprise de Lehman Brothers

Barclays, qui était considéré comme le repreneur le plus crédible de Lehman Brothers, a quitté la table des négociations. Faute d'un acheteur de dernière minute, la banque Lehman pourrait être mise en liquidation judiciaire.

Publicité

Le spectre de la liquidation judiciaire planait dimanche sur la banque d'affaires américaine Lehman Brothers, après que le repreneur le plus crédible, Barclays, eut quitté la table des négociations à quelques heures de la limite fixée par les pouvoirs publics.

La banque britannique a estimé qu'une reprise de Lehman était impossible sans une aide de l'Etat comparable à celle qui avait été accordée en mars à JPMorgan Chase lors de son rachat d'une autre banque d'affaires en difficulté, Bear Stearns, affirment le New York Times et le Wall Street Journal.

La presse américaine avait fait de Barclays -- qui avait à plusieurs reprises dans le passé manifesté son intérêt pour Lehman -- le repreneur le plus plausible, devant Bank of America et un autre britannique, HSBC.

Des sources interrogées à Londres par l'AFP ont confirmé qu'une transaction n'était plus à l'ordre du jour pour la troisième banque britannique.

Le Wall Street Journal, qui cite des personnes proches des discussions, avance que le départ de Barclays pourrait n'être que tactique et qu'il n'était pas exclu de le voir revenir à la table des négociations.

Après avoir dû sortir leurs carnets de chèques pour aider Bear Stearns et les organismes de refinancement hypothécaire Fannie Mae et Freddie Mac, le secrétaire au Trésor Henry Paulson et le président de la Réserve fédérale Ben Bernanke sont déterminés à ne pas investir un centime pour sauver Lehman, estimant qu'il revenait aux grandes banques de la place de le faire.

Car si Lehman devait finalement faire faillite, il est certain que le prochain domino ne tarderait pas à tomber, victime de la crise du crédit immobilier américain qui s'est déclenchée pendant l'été 2007. D'autres poids lourds de la finance américaine comme Merrill Lynch, AIG et Washington Mutual  ont été la cible d'attaques ces derniers jours à la suite de spéculations.

Faute d'un acheteur de dernière minute, Lehman devra probablement être mis en liquidation judiciaire dans les heures qui viennent, ce qui représenterait l'une des plus grosses faillites de l'histoire récente des Etats-Unis.

En dépit de sa cure d'amaigrissement récente, Lehman détenait encore pour 639 milliards de dollars d'actifs à la fin mai. La plus grosse faillite d'une banque américaine à ce jour, celle de Continental Illinois en 1984, mettait en jeu une somme seize fois plus modeste (40 milliards de dollars).

Les pouvoirs publics veulent que la situation soit clarifiée, dans un sens ou dans un autre, avant l'ouverture des marchés asiatiques.

Une liquidation brutale des actifs de Lehman Brothers aurait des conséquences incalculables sur le reste de la finance mondiale, où les activités des banques sont étroitement imbriquées.

Une des options envisagées serait un engagement des grandes banques new-yorkaises de maintenir un courant d'affaires régulier avec Lehman pour lui donner assez de temps pour liquider, sous supervision judiciaire, ses actifs de manière ordonnée, ajoute le New York Times.

Interrogé sur la chaîne de télévision ABC, l'ancien président de la Réserve fédérale américain Alan Greenspan a prédit que la gravité exceptionnelle de la crise financière actuelle allait entraîner la chute de plusieurs institutions financières majeure. Et, "bien entendu, nous ne devrions pas chercher à protéger toutes les grandes institutions financières", a-t-il relevé.

La défaillance d'une grande banque "en soi n'est pas un problème", a-t-il relevé. "Tout dépend comment cela est géré et comment la liquidation est menée".

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine