ÉTATS-UNIS - AVIATION

EADS reste dans la course pour les ravitailleurs américains

Le groupe d'aéronautique EADS "reste dans la course" au contrat de renouvellement des avions ravitailleurs de l'armée américaine, selon un porte-parole de l'avionneur. L'appel d'offres avait été annulé après des protestations de Boeing.

Publicité

Le groupe d'aéronautique EADS "reste dans la course" au contrat de renouvellement des avions ravitailleurs aux Etats-Unis, dont l'appel d'offres a été annulé en juillet, a affirmé dimanche un porte-parole du groupe européen, démentant ainsi des informations de presse.

"Nous restons dans la course", a-t-il déclaré, joint par l'AFP.

Se disant "confiant", il a rappelé que le groupe avait déjà remporté cinq appels d'offres pour ce type d'avions, au Royaume-Uni, en Australie, en Arabie saoudite, aux Emirats arabes unis, ainsi que le premier appel d'offres aux Etats-Unis.

Il démentait ainsi des informations de l'hebdomadaire allemand Der Spiegel selon qui le groupe européen menacerait de retirer sa candidature après la décision du Pentagone de reporter son appel d'offres pour renouveler sa flotte d'avions ravitailleurs.

Si l'appel d'offres est lancé l'an prochain, "nous participerons seulement si nous sommes certains d'avoir une juste chance", affirmait un haut responsable d'EADS cité par l'hebdomadaire allemand.

Selon Der Spiegel, le groupe européen voudrait faire pression sur la future administration américaine à qui reviendra le choix empoisonné de déterminer qui, entre Boeing et l'alliance EADS/Northrop Grumman, renouvellera la flotte.

Ce méga-contrat d'un montant initial de 35 milliards de dollars pour 179 avions ravitailleurs a été attribué en février à l'américain Northrop Grumman et à son partenaire EADS, avant d'être remis en jeu en juillet après une contestation de Boeing devant la Cour des comptes américaine.

Le président exécutif d'EADS Louis Gallois s'était dit mercredi "déçu" de la décision du département américain de la Défense.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine