ÉTATS-UNIS

Le bilan de l'accident de train à Los Angeles s'alourdit

25 personnes sont mortes et environ 135 autres ont été blessées samedi dans la collision de deux trains près de Los Angeles. Une agence fédérale a entamé une enquête sur les causes de la catastrophe. Une erreur humaine est évoquée.

Publicité

Le bilan de l'accident de deux trains près de Los Angeles s'est établi samedi à 25 morts, tandis qu'une compagnie ferroviaire a évoqué une erreur d'un conducteur et qu'une agence fédérale a entamé son enquête sur les causes de la catastrophe.

Le chiffre de 24 morts a été communiqué à la mi-journée par les pompiers. S'y est ajouté le décès d'un enseignant des suites de ses blessures dans un hôpital samedi après-midi, selon ses proches cités par le site internet du Los Angeles Times.

Sur les lieux du désastre à Chatsworth (50 km au nord-ouest de Los Angeles), le dernier corps a été retiré de l'enchevêtrement de tôles en début d'après-midi, près de 24 heures après le choc, a indiqué un porte-parole du shérif de Los Angeles, Steve Whitmore.

Cent trente-cinq personnes environ ont été blessées et 87 restaient hospitalisées samedi, dont une quarantaine dans un état critique. Le bilan des morts ne peut donc pas être encore considéré comme définitif, a souligné le maire de Los Angeles, Antonio Villaraigosa.

Un train de banlieue de la société Metrolink avec 222 passagers à bord est entré en collision frontale vendredi à 16H23 (23H23 GMT) avec un convoi de marchandises de l'Union Pacific. Sous le choc, la locomotive du train Metrolink a reculé de plusieurs mètres dans le premier wagon, piégeant ses passagers.

Selon Denise Tyrell, porte-parole de Metrolink, le conducteur du train n'a pas respecté un feu rouge. "Nous devons reconnaître que c'était un technicien de Metrolink qui a fait l'erreur ayant provoqué l'accident d'hier", a-t-elle déclaré. Le L.A. Times a rapporté que l'employé figurait parmi les morts.

La tâche de déterminer les responsabilités de l'accident reviendra au Bureau américain de la sécurité du transport (NTSB), une agence fédérale qui a pris les rênes de l'enquête une fois le dernier corps évacué.

Un porte-parole du NTSB a annoncé samedi en début d'après-midi que l'agence avait déjà récupéré des enregistreurs de données des deux trains, similaires aux "boîtes noires" des avions, ainsi qu'une bande vidéo.

L'un des rescapés a qualifié l'intérieur du train de passagers après le choc de "sanglant, un désastre. C'était horrible". Projetées à travers les wagons par la violence de la collision, de nombreuses victimes souffrent de fractures et de coupures, selon les pompiers.

Près d'un millier de soldats du feu et de policiers ont participé aux opérations de secours tandis que les hôpitaux ont lancé des appels à des dons du sang.

Toute la nuit de vendredi à samedi, à la lumière de projecteurs d'hélicoptères de la police, des sauveteurs se sont affairés autour des épaves entourées d'engins de levage.

Les deux trains roulaient environ à 60 km/h lors du choc, qui a provoqué le déraillement de sept wagons, de deux locomotives et d'une rame de passagers.

Il s'agit de l'accident le plus grave impliquant un train de banlieue à Los Angeles, la deuxième ville des Etats-Unis avec près de 4 millions d'habitants. En janvier 2005, 11 personnes avaient été tuées dans le déraillement d'un train Metrolink à Glendale, dans le nord de la mégalopole.

La mairie de Los Angeles a ordonné de mettre les drapeaux en berne.

Avant de se rendre sur les lieux samedi midi le gouverneur de Californie Arnold Schwarzenegger a fait part de son émotion.

"Il n'y a pas d'autre mot que tragédie pour décrire cet accident de train, et Maria (son épouse, ndlr) et moi prions pour toutes les victimes et leurs proches. Nous faisons en sorte que les services d'urgence de Los Angeles bénéficient de toute l'aide nécessaire de la part de l'Etat", a-t-il assuré.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine