Accéder au contenu principal

Un centre des hautes technologies à Budapest

Inauguré, ce lundi dans la capitale hongroise, par le président de la Commission de l'UE, l'Institut européen d'innovation et de technologie a pour vocation d'encourager la recherche sur un continent soucieux de rester compétitif.

Publicité

Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso a inauguré lundi à Budapest, avec la présidence française de l'Union européenne (UE), l'Institut européen d'innovation et de technologie (IET) destiné à doper la recherche appliquée en Europe.

Cette institution a pour mission de "changer les idées innovatives en réalité" et "de retenir en Europe les étudiants et chercheurs talentueux" sinon tentés de travailler outre-Atlantique, a-t-il souligné.

Porté par M. Barroso, ce projet avait été présenté fin 2006 comme un équivalent européen du prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT) américain.

Les ambitions de l'IET ont depuis été nettement revues à la baisse, avec une enveloppe communautaire initiale de 308,7 millions d'euros pour les six premières années.

Les promoteurs du projet espèrent toutefois porter le budget à 2,4 milliards d'euros d'ici à 2013 grâce à des fonds privés et publics supplémentaires.

Les premiers programmes de l'IET concerneront le changement climatique, les énergies renouvelables et les technologies de l'information et de la communication.

La ministre française de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Valérie Pécresse, dont le pays assume la présidence tournante de l'UE, a souligné lors de l'inauguration que l'IET "favorisera la mise en réseau des chercheurs européens dans des pôles d'excellence", selon un communiqué.

Installé dans les bâtiments de l'Académie nationale des sciences à Budapest, l'IET est la première agence européenne à ouvrir ses portes en Hongrie.

Outre Budapest, les villes de Wroclaw (Pologne), Sant Cugat del Valles (Espagne), Iéna (Allemagne), Vienne et Bratislava avaient également souhaité accueillir cette agence.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.