ÉTATS-UNIS - FINANCE

Journée la plus noire pour Wall Street depuis le 11-Septembre

Après l'annonce de la faillite de la banque d'affaires Lehman Brothers, la Bourse de New York a enregistré son plus important recul depuis le 11 septembre 2001. Le Dow Jones a perdu 4,42 %, le Nasdaq, lui, cède 3,60 %.

Publicité

Lire aussi l'analyse de Céline Bruneau, spécialiste économie FRANCE 24 : "Lehman Brothers jette l'éponge" ainsi que l'articleLehman Brothers se déclare en faillite, Wall Street dans le rouge.

 

 

La Bourse de New York a terminé en forte baisse lundi, plombée par le dépôt de bilan de la banque d'affaires Lehman Brothers, le rachat à la hussarde de Merrill Lynch et l'effondrement boursier de l'assureur AIG: le Dow Jones a perdu 4,42% et le Nasdaq 3,60%.

Le Dow Jones Industrial Average (DJIA) a lâché 504,48 points, à 10.917 points, pour revenir à son plus bas niveau depuis juillet 2006.

Il n'avait plus enregistré un recul en point aussi massif depuis le 11 septembre 2001. Le Dow Jones a aussi enfoncé le seuil de résistance des 11.000 points, qu'il n'avait plus cassé depuis le 15 juillet.

L'indice Nasdaq, à forte composante technologique, a cédé 81,36 points à 2.179,91 points et l'indice élargi Standard & Poor's 500 4,64%, soit 58,06 points, à 1.193,64 points.

Après avoir plutôt bien résisté pendant la plus grande partie de la journée, les indices ont fortement creusé leurs pertes dans les toutes dernières minutes de la séance.

"Le marché a été confronté à de très très très mauvaises nouvelles", a résumé Peter Cardillo, d'Avalon Partners.

"Au vu de ces mauvaises nouvelles, le marché a plutôt bien résisté", a cependant estimé M. Cardillo, pour qui "cela aurait pu être pire".

"Cela vient sans doute du fait que les difficultés du secteur financier durent depuis si longtemps que le marché s'attendait à de telles nouvelles".

Après des semaines de spéculations et un week-end de suspense, Lehman Brothers s'est placée sous la protection de la loi sur les faillites, faute d'avoir trouvé un repreneur. Le titre, suspendu sur le parquet de la bourse de New York, s'est écroulé dans les échanges électroniques de 94%, à 21 cents.

Sa concurrente directe, elle aussi très exposée au marché immobilier, Merrill Lynch va être reprise par Bank of America pour 50 milliards de dollars en actions.  Après avoir bondi en matinée, Merrill ne grignotait plus que 0,06% à 17,06 dollars à la clôture. Bank of America a plongé de 21,31%, à 26,55 dollars.

Goldman Sachs et Morgan Stanley, les deux dernières banques d'affaires de Wall Street encore indépendantes, ont baissé respectivement de 12,13%, à 135,50 dollars, et 13,54%, à 32,19 dollars.

Washington Mutual, aussi très exposée au marché immobilier, a cédé 26,74% à 2,00 dollars. Citigroup a lâché 15,14%, Wachovia 24,95% et JPMorgan Chase 10,13%.

Mais pour Marc Pado, de Cantor Fitzgerald, à la veille de la réunion de la banque centrale, "la clé de la séance a été AIG".

Le géant de l'assurance, en graves difficultés, a vu son titre s'effondrer de 60,79% à 4,76 dollars, faute d'avoir pu présenter les mesures de restructuration promises avant l'ouverture des marchés. AIG est l'une des trente valeurs entrant dans la composition de l'indice Dow Jones.

Cette accélération de la crise financière a alimenté l'idée d'un nouveau rabaissement du taux directeur de la Fed, qui se réunit mardi et a déjà drastiquement réduit le loyer de l'argent depuis un an.

Les analystes tablaient jusqu'à présent sur un statu-quo.

Le marché a semblé ignoré d'autres nouvelles, sur le front macroéconomique, alors que les deux indicateurs attendus lundi sont ressortis "plus mauvais que prévu" --production industrielle pour août et indice de l'activité industrielle dans la région de New York en septembre-- a noté Al Goldman, de Wachovia Securities.

Les compagnies aériennes ont en revanche profité de la chute continue des prix du pétrole. United Airlines a bondi de 8,75% et American Airlines de 8,76%.

Le marché obligataire a fortement monté. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a plongé à 3,483%, contre 3,730% vendredi soir, et celui à 30 ans à 4,152%, contre 4,326% la veille.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine