Accéder au contenu principal

Robert Gates à Bagdad, 32 morts dans des attentats

La visite du secrétaire américain à la Défense en Irak a été marquée par une vague d'attentats. Au moins 20 personnes ont été tuées dans un attentat-suicide perpétré par une femme lors d'un repas de fête du ramadan.

Publicité

Le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, a rencontré lundi à Bagdad des responsables américains et locaux à la veille de l'entrée en fonction d'un nouveau chef de la coalition en Irak où les forces irakiennes prennent peu à peu la relève des Américains.

Mais sa visite a été marquée par une vague d'attentats qui ont fait au moins 32 morts, dont 20 dans un attentat perpétré par une femme kamikaze lors d'un repas de fête du ramadan à Baladruz, au nord-est de Bagdad.

"Nous sommes clairement sur une mission de transition", a déclaré M. Gates aux journalistes l'accompagnant dans son avion à Bagdad, pour résumer le mandat du général américain Raymond Odierno qui succède mardi au général David Petraeus pour le commandement des forces internationales en Irak.

M. Gates a discuté avec le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki de l'accord en cours de négociation entre les deux pays sur la présence américaine en Irak après 2008, à l'expiration du mandat de l'ONU le 31 décembre.

Il a également rencontré le numéro 2 de la force multinationale, le général américain Lloyd Austin, et le chef des milices sunnites reconverties dans la lutte contre Al-Qaïda après avoir formé le gros des rangs de l'insurrection.

Mardi, il doit assister à la prise de fonction du général Odierno, principal artisan de la capture de Saddam Hussein en 2003 après la chute du régime irakien.

Récemment nommé chef d'état-major adjoint de l'armée de Terre américaine, ce militaire de 54 ans est réputé proche de ses hommes, courageux et fin stratège.

Artisan de l'amélioration de la sécurité en Irak, David Petraeus, qui termine un commandement de 19 mois, deviendra chef du commandement central pour toutes les opérations militaires au Moyen-Orient et en Asie centrale.

Il aura ainsi la responsabilité de superviser les deux guerres que les Etats-Unis mènent de front en Irak et en Afghanistan.

"Il est entendu que nous resterons aussi engagés que nous le sommes actuellement, mais les domaines dans lesquels nous sommes sérieusement engagés continueront, je pense, de se réduire", a souligné M. Gates, dont la dernière visite à Bagdad remonte au 11 février.

"Et le défi pour le général Odierno porte sur la manière de travailler avec les Irakiens pour préserver ce qui a déjà été acquis (dans le domaine sécuritaire), et l'étendre même alors que le nombre de troupes américaines diminue", a-t-il ajouté.

Le contrôle de la sécurité de 11 des 18 provinces d'Irak est déjà assuré par l'armée irakienne et le président George W. Bush a annoncé la semaine dernière un retrait d'ici janvier de 8.000 soldats américains.

M. Gates a salué le travail accompli par le général Petraeus, "père" de la stratégie de contre-insurrection qui a ramené la violence au niveau le plus bas en Irak depuis quatre ans.

Il a ainsi qualifié de "brillante" sa stratégie d'envoi de cinq brigades, soit 30.000 soldats supplémentaires. "Je pense qu'il a joué un rôle historique. Le général Petraeus est clairement le héros du moment".

Raymond Odierno, commandant des forces américaines de décembre 2006 à mars 2008 et alors bras droit du général Petraeus, a mis en musique sur le terrain l'arrivée des renforts.

David Petraeus a déclaré récemment que les violences en Irak approchaient un niveau "normal". Dans un entretien vendredi à l'AFP, il a estimé que l'Irak n'était pas à l'abri d'une "résurgence" d'Al-Qaïda.

L'attentat suicide de Baladruz, qui a tué vingt personnes et blessé une trentaine porte la marque du réseau extrémiste. La kamikaze a actionné sa ceinture d'explosifs durant l'iftar, le dîner où les musulmans rompent le jeûne du mois du ramadan, dans la maison d'un Irakien qui venait d'être libéré de prison, selon un général de l'armée irakienne.

Et peu après l'arrivée de Robert Gates à Bagdad, douze personnes ont été tuées et 32 blessées dans l'explosion de deux voitures piégées dans le centre de Bagdad.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.