Accéder au contenu principal

Le général Odierno, nouveau patron des forces en Irak

Le général américain Raymond Odierno a succédé au général Petraeus à la tête de la Force multinationale en Irak, à l'issue d'une cérémonie de passation de pouvoirs en présence du secrétaire à la Défense Robert Gates.

Publicité

Le général américain Raymond Odierno a pris mardi la tête de la Force multinationale en Irak en succédant au général David Petraeus, artisan de l'amélioration de la situation et désormais appelé à gérer de front les guerres d'Irak et d'Afghanistan.

La cérémonie de passation de pouvoir entre le général Petraeus et son ex-bras droit s'est déroulée en fin de matinée dans un ancien palais du dictateur irakien Saddam Hussein, situé sur une base militaire américaine près de l'aéroport de Bagdad.

Le général Odierno a été intronisé à la tête des quelque 150.000 soldats de la force multinationale en Irak (à plus de 95% composée de soldats américains) en présence du secrétaire américain à la Défense Robert Gates, arrivé la veille dans la capitale irakienne et qui lui a remis à cette occasion sa 4e étoile.

Le général Petraeus, qui restera comme l'artisan de l'amélioration de la sécurité en Irak au cours de cette dernière année, est désormais chargé de superviser les opérations au Moyen-Orient et en Asie centrale.

Au cours de la cérémonie, Robert Gates a symboliquement pris le drapeau de la force multinationale en Irak de mains de David Petraeus pour le remettre à son successeur.

Il a ensuite enjoint le général Odierno à faire preuve de prudence, au lendemain de nouveaux attentats qui ont fait 34 morts dans le pays.

"Ils sait que nous sommes à un moment charnière où les progrès restent fragiles et où la prudence doit être à l'ordre du jour", a déclaré Rober Gates.

Le général Odierno a reconnu que les progrès accomplis en Irak restaient "fragiles et réversibles".

Officier d'artillerie de formation, Raymond Odierno a été le principal artisan de la capture de Saddam Hussein fin 2003, après la chute du régime irakien. Il avait également été critiqué pour la brutalité de ses opérations militaires à l'encontre des civils lors de son premier passage en Irak.

Commandant des forces américaines de décembre 2006 à mars 2008, il avait demandé avec insistance l'envoi de troupes supplémentaires, un voeu réalisé avec la nomination en février du général Petraeus à la tête de la Force multinationale en Irak, dont Odierno devint le bras droit.

Arrivé à ce poste en janvier 2007, Petraeus a mis en place une nouvelle stratégie de contre-insurrection qui a porté ses fruits, ramenant le nombre des violences à leur plus bas niveau depuis quatre ans.

Odierno a ensuite appliqué cette stratégie de décembre 2006 à mars 2008, ce qui le qualifie pour remplacer aujourd'hui David Petraeus, selon Robert Gates.

Odierno a mené cette bataille en déployant davantage de troupes américaines à Bagdad, en délogeant les insurgés d'Al-Qaïda de leurs positions autour de la capitale, tout en s'attaquant également aux milices chiites.

"C'est l'homme parfait de la situation", a commenté le général Petraeus après la passation de pouvoir.

Petraeus aura, dans le cadre de ses nouvelles fonctions, la responsabilité de superviser les deux guerres que les Etats-Unis mènent de front en Irak et en Afghanistan où la situation se dégrade.

Lundi, Robert Gates a salué en David Petraeus un "héros", relevant que sa stratégie avait permis de ramener la violence au niveau le plus bas en Irak depuis quatre ans.

"Le défi pour le général Odierno porte sur la manière de travailler avec les Irakiens pour préserver ce qui a déjà été acquis (dans le domaine de la sécurité), et l'étendre même alors que le nombre de troupes américaines diminue", a-t-il encore estimé.

Le contrôle de la sécurité de 11 des 18 provinces d'Irak est déjà assuré par l'armée irakienne et le président américain George W. Bush a annoncé la semaine dernière un retrait d'ici janvier de 8.000 soldats américains.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.