CLIMAT

La rapide expansion du trou de la couche d'ozone

Selon l'Organisation météorologique mondiale (OMM), le trou de la couche d'ozone s'est, en 2008, formé relativement tard avant de "dépasser l'étendue maximale atteinte en 2007", sans toutefois battre le record de 2006.

Publicité

Le trou dans la couche d'ozone au-dessus de l'Antarctique a augmenté par rapport à l'année dernière mais ne devrait pas dépasser le pic enregistré en 2006, a indiqué mardi l'Organisation météorologique mondiale (OMM) à l'occasion de la journée mondiale de l'ozone.

"En 2008, le trou dans la couche d'ozone s'est formé relativement tard. Toutefois ces deux dernières semaines, il s'est agrandi rapidement au point de dépasser désormais l'étendue maximale atteinte en 2007", a expliqué l'OMM dans un communiqué.

Malgré tout, d'après les conditions météorologiques enregistrées, il sera "moins étendu" que celui de 2006, précise l'organisme des Nations Unies.

Le trou, apparu dans les années 80, se forme généralement mi-août pour se résorber mi-décembre.

Sa superficie au-dessus de l'Antarctique était de 27 millions de km2 le 13 septembre contre 25 millions en 2007 et 29 millions en 2006, a ajouté l'OMM.

"Après avoir subi des assauts chimiques pendant des décennies, la couche d'ozone aura peut-être besoin d'une cinquantaine d'années pour se rétablir pleinement", a commenté à New-York le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon cité par l'OMM.

"Lorsque l'environnement subit une détérioration aussi poussée, il a besoin d'énormément de temps pour s'en remettre", a ajouté Ban Ki-moon.

Le Protocole de Montréal, dont la date anniversaire de la signature, le 16 septembre 1987, a été choisie comme journée internationale de la protection de la couche d'ozone, a permis de pratiquement éliminer une première génération de substances appauvrissant la couche d'ozone, les CFC (chlorofluorocarbones) qui sont à l'origine du trou. Un deuxième accord en 2007 prévoit la fin progressive de l'utilisation de substances un peu moins nocives, les HCFC (hydrochlorofluorocarbones).

L'ozone, une molécule issue de l'oxygène, joue un rôle essentiel en filtrant les rayons ultra-violets B, responsables notamment des cancers de la peau.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine