Accéder au contenu principal

La Chine grande gagnante des jeux Paralympiques

Les jeux Paralympiques se sont achevés, ce mercredi, avec une cérémonie de clôture dans le "Nid d'oiseau", le fameux stade olympique de Pékin. Comme à l'issue des JO, la Chine compte le plus grand nombre de médailles d'or.

Publicité

La Chine, qui avec 89 médailles d'or a totalisé deux fois plus de trophées paralympiques que son premier poursuivant, la Grande-Bretagne (42), a dit adieu mercredi à un mois et demi de festivités olympiques, marquées par des performances et une organisation remarquables.

La cérémonie de clôture, qui a duré une heure trente, a permis de passer définitivement les symboles olympiques de Pékin à Londres, dans un Nid d'oiseau archi-plein (91.000 places).

Avec 100 médailles aux jeux Olympiques (8-24 août) et 211 aux jeux Paralympiques (6-17 septembre), le pays le plus peuplé du monde (1,3 milliard d'habitants dont 83 millions d'handicapés) a véritablement écrasé les Jeux de son empreinte.

Les performances chinoises aux Paralympiques ont reflété celles du mois dernier aux jeux Olympiques, où la Chine avait remporté 51 médailles d'or, laissant loin derrière les Etats-Unis (36).

Depuis le 2e jour des Paralympiques, la Chine a dominé le tableau des médailles. La Grande-Bretagne, qui avait réussi à accrocher la Chine dans les premiers jours, s'est vite fait distancer et termine avec moitié moins de médailles (102), devant les Etats-Unis (99).

Les Paralympiques, qui ont réuni 4.000 athlètes de 150 pays pendant 11 jours de compétition, ont réussi à éclipser le handicap au profit de la performance de sportifs de plus en plus entraînés et toujours plus professionnels. Rien qu'en athlétisme, plus d'une centaine de records du monde ont été battus, dont environ un tiers par la Chine.

"Deux Jeux d'égale splendeur"

Ces Jeux ont notamment été dominés par les exploits des Sud-Africains Oscar Pistorius (sprint) et Natalie du Toit (natation). A eux deux, ils totalisent huit médailles d'or.

Pistorius, surnommé "Blade Runner" en raison de sa double prothèse en fibre de carbone, a remporté les 100m (11.17s), 200m (21.67s) et 400m, battant son propre record du monde (47.49s). Celui qui espérait participer aux jeux Olympiques au mois d'août mais n'avait pas réussi les minima, lorgne désormais sur les Jeux valides de Londres-2012.

Du Toit, 24 ans, amputée de la jambe gauche, arrivée 16e du 10 km en eau libre aux JO en août, a largement dominé le bassin du Cube d'eau avec cinq médailles d'or (50m libre, 100m papillon, 100m nage libre, 200m 4 nages et 400m nage libre).

Un score égalé par la Canadienne Chantal Petitclerc en course en fauteuil et l'Australien Matthew Cowdrey en natation.

La France termine 12e au classement général, avec 52 médailles dont 12 en or, grâce notamment aux très beaux succès d'Assia El'Hannouni (2 médailles d'or et 2 d'argent en course) et David Smétanine (idem en natation).

Les Jeux ont également été marqués par une organisation sans faille et un public chinois très impliqué, remplissant des stades comme le Nid d'oiseau, parfois pour de simples épreuves de qualification.

Comparant Olympiques et Paralympiques, la Chine avait promis de proposer "deux Jeux d'égale splendeur". Pour le président du Comité international paralympique (CIP) Philip Craven, l'objectif est atteint.

"Ce sont les meilleurs Paralympiques jamais organisés", a-t-il dit, lors de la cérémonie de clôture.

Les organisateurs des Jeux de Londres 2012 ont également reconnu la qualité "spectaculaire" des Jeux de Pékin. Et le pays qui a inspiré le mouvement paralympique à Stoke Mandeville en 1948, se sent à la hauteur. Pour le président du comité d'organisation des JO-2012, Sebastian Coe, "c'est une grosse responsabilité, mais nous ne sommes pas intimidés".

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.