FRANCE - DROGUE

Coup de filet à Lyon contre des trafiquants de cocaïne

Deux personnes ont été écrouées dans la cité des Gones dans le cadre du démantèlement d'un trafic de cocaïne entre l'Amérique du Sud et la région lyonnaise. Quelque 28 kilos de drogue ont été saisis dans leur véhicule.

Publicité

Un homme et une femme ont été écroués à Lyon dans le cadre du démantèlement d'un trafic de cocaïne cachée à bord d'une Chevrolet de collection, entre l'Amérique latine et la région lyonnaise, qui a permis la saisie, depuis juillet, 65 kilos de drogue d'une valeur de près de 5 millions d'euros.

Un Franco-espagnol habitant en Bourgogne, soupçonné d'être la tête de réseau, a été interpellé vendredi au port de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), alors qu'il venait en personne prendre livraison d'une Chevrolet de 1962 importée de Bolivie via le Brésil.

Dans le châssis du véhicule, les enquêteurs ont retrouvé après plus de 8 heures de travail, 28 kilos de cocaïne très pure, dissimulée dans les longerons.

"Ils avaient mis en place un système très efficace et jamais vu jusque là: la drogue hermétiquement scellée dans du métal n'était pas détectable par les chiens renifleurs, et cela pouvait durer des années si nous n'avions pas enquêté à partir d'un renseignement recueilli sur le terrain", a souligné le directeur interrégional de la police judiciaire de Lyon, Claude Catto.

L'homme et une femme proche de lui, ont été mis en examen pour trafic de stupéfiants, association de malfaiteurs et écroués.

Le réseau, qui alimentait essentiellement la région lyonnaise, notamment depuis la Bolivie, a pu être démantelé grâce à une série d'arrestations, débutée mi-juillet à Dijon avec celle d'un Portugais, gérant d'un bar à Lyon et soupçonné d'être un passeur. Il a été arrêté en possession de cinq kilos d'une cocaïne très pure dans une valise à double fond.

Un autre passeur du réseau, français, a été interpellé fin juillet aux Pays-Bas, avec 2 kilos de drogue.

Les enquêteurs de la police judiciaire de Lyon ont ensuite pu transmettre à leurs homologues brésiliens des renseignements très précis permettant la saisie de 30 kilos de cocaïne sur le point d'être exportés par le même réseau, et l'arrestation de plusieurs narcotrafiquants brésiliens.

"Le caractère international et très organisé de ce réseau, qui a fait preuve d'un grand savoir-faire dans le conditionnement de la drogue, fait penser à la French Connection", ce trafic d'héroïne qui a fleuri entre la France et les Etats-Unis dans les années 60, a indiqué le procureur de la République de Lyon Xavier Richaud.

Les 65 kilos de cocaïne saisis, d'une pureté dépassant les 95%, pouvaient permettre la fabrication de trois à quatre fois plus de cocaïne de qualité courante (30%), dont la valeur de revente en gros avoisine les 25.000 euros le kilo sur le marché français, a-t-on appris auprès des enquêteurs.

Ce sont donc environ 5 millions d'euros de drogue qui ont été saisis au total.

Des recherches sont toujours en cours afin de retrouver les bénéficiaires de mandats envoyés en Bolivie par le réseau, en contrepartie de la drogue, et d'évaluer l'ampleur du trafic.

"On ne s'improvise pas dans l'import-export quasi-direct de cocaïne, ils n'en étaient donc probablement pas à leur coup d'essai", a souligné le directeur adjoint de la PJ de Lyon, Michel Neyret, précisant que les enquêteurs n'avaient pas encore établi si d'autres véhicules de collection avaient pu servir à véhiculer de la drogue.
  

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine