FRANCE - ÉDUCATION

Polémique après les propos de Darcos sur l'école maternelle

Face à la controverse suscitée par la diffusion sur le Net de ses propos sur le recrutement des enseignants de maternelle, le ministre de l'Éducation Xavier Darcos a assuré qu'il ne voulait "toucher d'aucune manière à l'école maternelle".

Publicité

Des propos de Xavier Darcos sur la scolarisation des enfants de moins de trois ans diffusés sur internet ont déclenché une polémique, poussant le principal syndicat et l'ancien ministre Jack Lang à lui demander des excuses.

Une vidéo circule actuellement sur internet, montrant une audition, le 3 juillet, du ministre de l'Education devant la commission des Finances du Sénat, sur la scolarisation des 2-3 ans, où il pose la question du recrutement des enseignants de maternelle.

"Est-ce qu'il est vraiment logique, alors que nous sommes si soucieux de la bonne utilisation des crédits délégués par l’Etat, que nous fassions passer des concours bac +5 à des personnes dont la fonction va être essentiellement de faire faire des siestes à des enfants ou de leur changer les couches? Je me pose la question", avait alors déclaré M. Darcos.

Interrogé mercredi à la sortie du Conseil des ministres, il a répété que devait être "débattue" la question suivante: "Est-ce qu'il faut généraliser la scolarisation des enfants de 2 à 3 ans et est-ce qu'il nous faut des professeurs recrutés à bac +5 pour s'occuper des enfants de 2 et 3 ans?".

Le ministre a assuré ne vouloir "toucher d'aucune manière à l'école maternelle en France".

"Cette intervention témoigne d'une méconnaissance totale de l'école maternelle! Quel mépris pour l'école maternelle et pour ses enseignants dont le rôle en matière d'apprentissage et de réussite scolaire est reconnu par tous!", a déploré dans un communiqué daté de mardi le Snuipp-FSU, principal syndicat de professeurs des écoles.

Ces propos "illustrent bien la méconnaissance qu'a Xavier Darcos du métier d'enseignant en école maternelle", a affirmé mercredi le Se-Unsa (deuxième), précisant à l'AFP qu'une des conditions pour être accueilli à l'école était  "d'être propre, donc de ne plus mettre de couche!".

Le Se-Unsa a déploré que "ces enfants soient ravalés à une simple marge de manoeuvres budgétaires" et servent à "justifier les suppressions de postes" dans l'Education. Il a réclamé "la tenue d’une conférence de consensus" sur la scolarisation des moins de trois ans.

Le SNUipp s'est demandé s'il ne fallait "pas voir derrière cette déclaration provocatrice la volonté de cacher le fait que des élèves ne sont pas accueillis en cette rentrée". "En raison de l'insuffisance du nombre de postes, ce sont 40.000 élèves qui auraient pu être scolarisés si le taux de scolarisation de 2005-06 avait été maintenu" et qui "restent aujourd'hui à la porte de l'école", a-t-il fait valoir, en demandant à M. Darcos "de retirer ces paroles blessantes et irresponsables".

L'ancien ministre PS de l'Education Jack Lang a écrit une lettre à Xavier Darcos, rendue publique, dans laquelle il lui demande aussi de s'"excuser auprès des professeurs des écoles" qui ont été "insultés".

En 2006-2007, 23,4% des enfants de deux ans étaient scolarisés en France (182.021 élèves), selon les chiffres du ministère, contre 35,3% en 2000-2001.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine