ISRAËL - SYRIE

Report des négociations entre Damas et l'État hébreu

Pour la première fois depuis le début des discussions menées entre les deux pays, sous l'égide turque, le cinquième round de négociations indirectes a été reporté, à la demande d'Israël. Les discussions auraient dû avoir lieu jeudi.

Publicité

Une cinquième série de discussions indirectes entre Israël et la Syrie a été reportée à la demande de l'Etat hébreu, a annoncé mercredi à Damas le chef de la diplomatie syrienne Walid Mouallem.

"Un cinquième round de pourparlers indirects aurait dû se dérouler demain (jeudi), mais il a été reporté à la demande de la partie israélienne", a indiqué M. Mouallem lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue espagnol Miguel Angel Moratinos.

"Lorsque Israël sera prêt à les reprendre nous le serons car nous souhaitons bâtir une base solide qui permette le lancement des pourparlers directs, quel que soit le résultat des élections du parti Kadima en Israël", a-t-il dit.

Des primaires pour élire le chef du parti au pouvoir Kadima et un successeur à Ehud Olmert, le Premier ministre israélien empêtré dans des affaires de corruption, étaient organisées mercredi en Israël.

Israël et la Syrie, formellement en état de guerre depuis 1948 mais qui ont signé des accords d'armistice ou de cessez-le-feu, mènent depuis mai des discussions indirectes via la Turquie.

"La Syrie a toujours appelé à un rôle européen égal à celui des Etats-Unis

dans le processus de paix car l'Europe est proche de notre région et elle est intéressée par la sécurité et la stabilité" au Proche-Orient, a dit M. Mouallem.

"Nous avons discuté avec M. Moratinos d'un scénario pour (...) les pourparlers directs afin de montrer que la communauté internationale (veut) parrainer une paix juste et globale sur tous les volets" des négociations, a indiqué le ministre syrien.

M. Moratinos, qui a été reçu auparavant par le président Bachar al-Assad, s'est félicité du "rôle constructif de la Syrie". "Les différents pays (dans la région) commencent à régler eux-mêmes leurs problèmes et c'est le changement le plus important qui est intervenu. l'Union européenne (UE) est prête à les aider", a-t-il affirmé.

M. Moratinos s'est félicité également du rôle de la Turquie. "Nous sommes très heureux qu'un futur membre de l'UE puisse jouer ce rôle", a-t-il souligné.

Interrogé si l'Espagne est prête à accueillir les pourparlers directs syro-israéliens, M. Moratinos a affirmé que son pays était "toujours prêt à aider". "Les choses vont pas à pas pour le moment. Les différentes parties et la communauté internationale décideront le moment venu si elles souhaitent une conférence de paix globale".

Les deux ministres ont annoncé une tournée au Proche-Orient incluant la Syrie du Premier ministre espagnol Jose Luis Rodriguez Zapatero, en novembre ou décembre.
  

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine