MUSIQUE

Décès du compositeur germano-argentin Mauricio Kagel

Mauricio Kagel est mort à Cologne, en Allemagne. Le compositeur germano-argentin, connu pour son influence majeure dans le théâtre instrumental, était les des plus grands noms de la musique contemporaine.

Publicité

L'un des plus grands compositeurs contemporains, le Germano-Argentin Mauricio Kagel, est mort à Cologne (ouest de l'Allemagne), a dit jeudi une porte-parole de son éditeur, C.F. Peters Musikverlag.

"C'était l'un des plus importants compositeurs contemporains, dont l'oeuvre est empreinte de beaucoup d'humour et de diversité culturelle, avec toujours un fondement philosophique", a déclaré à l'AFP la porte-parole Annette Jungjohann.

L'artiste, âgé de 76 ans, qui souffrait depuis longtemps d'une maladie grave, s'est éteint entre mercredi et jeudi, selon la maison de disque de Franfort (ouest).

Son nom est associé au théâtre instrumental où son influence a été majeure, et dont il a renouvelé le matériau sonore en introduisant l'électroacoustique.

Son oeuvre, colossale, embrasse des disciplines aussi diverses que la mise en scène, la musique d'orchestre, la musique de chambre, des pièces radiophoniques, des essais et même le cinéma.

Volontiers provocateur et incisif, ce pourfendeur de l'académisme n'en cultivait pas moins une relation étroite avec la tradition musicale, en particulier allemande.

Né le 24 décembre 1931 à Buenos Aires, Mauricio Kagel devient en 1955 chef d'orchestre au Teatro Colon de la capitale argentine avant de s'installer en 1957 à Cologne (ouest de l'Allemagne) où il crée le Kölner Ensemble für Neue Musik. Depuis 1974, il occupait la chaire de théâtre musical ouverte pour lui à la Haute école pour musique de Munich (sud).

"Sur scène" (1959) est la première manifestation de sa vision révolutionnaire du théâtre instrumental, et le début de sa renommée. Suivent des pièces instrumentales et scéniques comme "Hétérophonie et Diaphonies I, II et III".

Avec "Ludwig van" en 1970, il fait une incursion remarquée dans le cinéma, prélude à son travail de scène, pour le théâtre et la radio

Il a été honoré de nombreux prix, dont le prix Erasmus (1998), le prix Ernst von Siemens (2000), le Grand prix rhénan de l'art (2007).
  

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine