FRANCE - RUSSIE

Fillon se rendra en Russie pour parler d'économie

En dépit de la crise géorgienne, le Premier ministre François Fillon est attendu en Russie vendredi et samedi pour une rencontre avec son homologue Vladimir Poutine dans le cadre d'un séminaire sur le partenariat économique.

Publicité

François Fillon se rend en fin de semaine en Russie avec un aréopage de grands patrons, une démonstration de la bonne volonté réitérée de Paris vis-à-vis de Moscou en dépit de la crise géorgienne.

Le Premier ministre rencontrera son homologue Vladimir Poutine vendredi et samedi à Sotchi, au bord de la mer Noire, dans le cadre d'un séminaire gouvernemental axé sur le partenariat économique.

Le déplacement de M. Fillon, prévu de longue date, avait été mis en suspens ces dernières semaines en raison de la crise diplomatique.

Matignon souligne, à la veille du voyage, que celui-ci est finalement possible parce que la négociation UE-Russie sur le retrait des troupes russes de Géorgie, menée par le président Nicolas Sarkozy au nom des Européens, a "produit des résultats".

"La France a toujours dit qu'elle souhaitait le partenariat, pourvu que la Russie respecte ses engagements", rappelle-t-on dans l'entourage de François Fillon.

Les autres grands pays européens n'ont pas remis en cause leur coopération avec Moscou, justifie-t-on encore côté français, en rappelant que la chancelière allemande Angela Merkel assistera à une réunion russo-allemande à Saint-Pétersbourg en octobre.

De source diplomatique, M. Sarkozy aurait décidé de maintenir la rencontre Fillon-Poutine à l'issue de sa rencontre avec le président russe Dmitri Medvedev, le 8 septembre.

Matignon a par ailleurs révélé que le Premier ministre se rendrait "dans les semaines qui viennent" en Géorgie, dans le cadre de la préparation de la conférence prévue en octobre sur la reconstruction de ce pays.

En prélude au séminaire organisé dans la station balnéaire de la mer Noire, François Fillon partagera vendredi un dîner en petit comité avec Vladimir Poutine. Il devrait lui rappeler à cette occasion la position de la France sur l'intégrité territoriale de la Géorgie, et le souci de Paris que les Russes tiennent leurs engagements de retrait.

Samedi, MM. Fillon et Poutine innoveront en se réunissant non seulement avec plusieurs ministres des deux pays, mais aussi avec des chefs d'entreprise russes et français.

La délégation emmenée par Matignon a été restreinte à quelques grands patrons: Patrick Kron (Alstom), Jean-Yves Le Gall (Arianespace), Christophe de Margerie (Total), Yves-Thibault de Silguy (Vinci), Jean-Paul Herteman (Safran, le motoriste français du "Superjet 100" civil du russe Sukhoï), Olivier Barbaroux (Dalkia) et José Luis Duran (Carrefour).

Arianespace doit signer un accord avec l'agence spatiale Roskosmos en vue d'utiliser des lanceurs Soyouz à Kourou, une façon de compléter la gamme offerte à ses clients utilisateurs de satellites.

Alstom, qui a réalisé le train pendulaire reliant Saint-Pétersbourg à Helsinki, s'intéresse à une éventuelle ligne TGV entre Moscou et Saint-Pétersbourg.

Dalkia, spécialiste du chauffage urbain, et le distributeur Carrefour doivent conclure de leur côté des accords avec des régions russes.

L'énergie sera au menu, à travers le partenariat entre le pétrolier Total et le groupe russe géant Gazprom.

Il sera enfin question de coopérations nouvelles dans les domaines de l'efficacité énergétique et du nucléaire civil, où les immenses besoins russes pourraient rencontrer, espère-t-on à Paris, le savoir-faire d'Areva et du Commissariat à l'énergie atomique (CEA).

De nombreux autres patrons français font ce week-end le déplacement de Sotchi, où se tient l'un des principaux forums économiques russes, en marge du séminaire gouvernemental.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine