GOLF

Les Européens en passe de décrocher leur 4e Ryder Cup

La 37e Ryder Cup aura lieu cette année aux Etats-Unis à Louisville (Kentucky) où les Européens, favoris, menés par Nick Fardo, tenteront de garder le trophée qu'ils détiennent depuis 2002.

Publicité

L'équipe européenne de golf, qui se présente pour la première fois sur le sol américain dans le rôle de favori, va tenter une passe de quatre inédite face aux Etats-Unis lors de la 37e Ryder Cup de vendredi à dimanche à Louisville (Kentucky).

Le trophée de ce tournoi mis en jeu tous les deux ans est entre les mains des Européens depuis 2002. A Oakland Hills (Michigan), les Américains s'étaient inclinés sèchement 18 1/2 à 9 1/2 en 2004, dernière fois où la compétition s'est déroulée aux Etats-Unis.

Cette fois, l'équipe de Paul Azinger va recevoir les Européens pour une "première" sur le parcours du Valhalla Golf Club de Louisville. Depuis 1979, la sélection du Vieux Continent, auparavant exclusivement formée de joueurs britanniques, s'est étoffé de quelques vedettes scandinaves ou espagnoles.

La formation européenne, aujourd'hui dirigée par Nick Faldo, a ainsi remporté 5 des 6 dernières confrontations. Il s'agit d'un retournement complet par rapport aux précédentes décennies lorsque les Etats-Unis dominaient de la tête et des épaules.

Mais cette édition risque néanmoins d'être particulièrement indécise en raison de la présence de 10 nouveaux venus sur les 24 joueurs des deux équipes en lice.

Colin Montgomery et Daren Clarke seront les principaux absents dans le camp européen tandis que les Britanniques Justin Rose, Oliver Wilson, Graeme McDowell et le Danois Soren Hansen feront leurs premières armes.

Dans l'équipe américaine, le N.1 mondial, Tiger Woods, qui se remet d'une opération à un genou et envisage de reprendre la compétition en 2009, sera bien sûr la pièce maîtresse manquante d'une équipe, dont six joueurs feront leur première apparition en Ryder Cup.

Phil Mickelson, le dauphin de Woods au classement mondial, arrive en forme, avec deux victoires sur le circuit américain cette année. Il aura la rôle de chef de file chez les Américains à l'instar de l'Irlandais Padraig Harrington dans la formation adverse.

Ce dernier se déclare néanmoins fatigué après son été étincelant marqué par deux victoires de prestige (British Open et USPGA) tandis que l'Anglais Lee Westwood apparaît en petite forme.

Celui-ci affirme néanmoins avoir retrouvé cette année, à 35 ans, le niveau qui fit de lui le N.1 européen en 2000. Il a manqué le Masters européen début septembre en raison d'une angine mais a annoncé qu'il serait rétabli pour disputer ce défi en terre américaine.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine