INDE

La police indienne tue deux islamistes présumés

Le commissaire de la police de New Dehli annonce avoir abattu "deux islamistes", alors que se poursuit l'enquête sur les attentats qui ont frappé la capitale indienne samedi dernier.

Publicité

La police indienne a annoncé vendredi avoir abattu deux islamistes présumés au cours d'une fusillade dans un quartier musulman de New Delhi, dans le cadre de son enquête sur les attentats qui ont meurtri samedi dernier la capitale fédérale.

"Deux terroristes ont été tués, un a été arrêté et deux autres se sont échappés. Deux policiers ont également été blessés par balles", a indiqué à des journalistes le commissaire de la police de New Delhi, Karnail Singh.

Les échanges "nourris" de coups de feu ont apparemment éclaté lorsque des membres des forces de l'ordre ont commencé à chercher dans le quartier musulman de Jamia Nagar (sud de New Delhi) des suspects probablement impliqués dans une vague d'attentats en Inde ces derniers mois.

Les accrochages, qui ont duré 45 minutes, se sont déroulés autour d'une maison où étaient retranchés ces fondamentalistes présumés. La zone, proche d'un grand hôpital, a été entièrement bouclée par les forces de l'ordre.

La police de New Delhi est sur les dents depuis les cinq attentats à la bombe perpétrés samedi soir contre des quartiers commerçants et touristiques, qui ont fait 24 morts et une centaine de blessés et qui ont été revendiqués par une organisation islamiste locale, les Moudjahidine indiens (MI).

Des portraits-robot de suspects ont été rendus publics cette semaine et deux hommes ont été identifiés, lesquels étaient déjà recherchés pour seize attentats commis en juillet à Ahmedabad, dans l'Etat du Gujarat (ouest).

L'officier Singh a précisé que l'un des deux hommes tués vendredi s'appelait "Atiq" et était déjà recherché pour ses liens éventuels avec les attaques d'Ahmedabad.

Les mystérieux Moudjahidine indiens avaient déjà revendiqué ces attentats du Gujarat, ceux en mai à Jaïpur (Etat touristique du Rajasthan, nord-ouest) et des attaques coordonnées en novembre 2007 dans trois villes de l'Uttar Pradesh (nord).

Plus de 150 personnes ont ainsi perdu la vie en moins d'un an.

Les attentats de New Delhi le 13 septembre attisent une polémique en Inde sur les carences de la politique anti-terroriste de cette puissance économique émergente, frappée en moyenne tous les trois mois par des attentats.

Le gouvernement fédéral a reconnu jeudi que ses services de renseignement n'étaient pas à la hauteur face à une menace "terroriste" incarnée dorénavant par des groupes islamistes indiens et non plus seulement par des organisations radicales venues du Pakistan ou du Bangladesh voisins.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine