INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

OPA sur le showbiz

Le numérique et l'Internet ont profondément changé le rapport entre consommateurs et producteurs de musique. La chute des ventes d'albums et le remodelage de l'industrie vers les concerts publics en sont les principales conséquences.

Publicité

Retrouver les précédentes émissions du magazine Intelligence économique en cliquant ici.



Le numérique et l'Internet haut-débit ont profondément bouleversé le paysage musical tel qu'on l'a connu. Le téléchargement pirate et légal sont directement tenus responsables de la chute des ventes d'albums. En 2007, les ventes de singles ont enregistré une baisse de 58 % et celles des albums 19 %.


L'effet se fait vite sentir auprès des majors qui voient leurs stars déserter leurs studios pour rejoindre des sociétés dites "360 degrés".  Celles-ci ne se contentent plus d'enregistrer leurs albums, elles produisent également leurs spectacles, garantissent leur promotion et leur merchandising tout en leur laissant une substantielle part des bénéfices. Un contrat gagnant-gagnant. Le leader mondial, Live Nation, enregistre 5 milliards de dollars de chiffre d'affaire et 1,2 million de dollars de bénéfice au deuxième trimestre 2008.

Plusieurs têtes d'affiche ont rejoint Live Nation : les Rolling Stones, Barbra Streisand, Madonna, U2, Jay-Z, Genesis ou encore Coldplay. Et la compagnie ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. Elle vient de pénétrer le marché français à travers le rachat de la société de Jackie Lombard, spécialisée dans les spectacles des plus grandes stars anglo-saxonnes. Et Live Nation a organisé son premier festival dans l'Hexagone à Arras. Avec succès.

  

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine