ÉTATS-UNIS - ÉLECTION

Palin est poursuivie pour abus de pouvoir en Alaska

En juillet, la colistière de John McCain aurait limogé le chef de la sécurité publique de l'Alaska pour avoir refuser de licencier son ancien beau-frère. Le couple Palin rétorque que l'enquête est politiquement biaisée.

Publicité

Le mari de la candidate républicaine à la vice-présidence américaine Sarah Palin refuse de témoigner devant une commission d'enquête sur un possible abus de pouvoir de son épouse, a-t-on appris jeudi auprès de l'équipe de campagne de la gouverneure de l'Alaska.

Todd Palin, père des cinq enfants de la colistière du candidat républicain à la Maison Blanche John McCain, fait partie des 13 personnes appelées à témoigner sous serment pour tenter d'élucider cette affaire potentiellement explosive, dite du "Troopergate".

Mais dans une lettre envoyée au responsable de l'enquête mandaté par le parlement de l'Alaska, Stephen Branchflower, l'avocat des Palin a décrit cette convocation comme non justifiée en droit et politiquement biaisée.

"Nous persistons dans nos objections sur le fait que l'enquête parlementaire, au delà du fait qu'elle est motivée par des buts partisans, est menée en violation de toutes les règles de droit", a affirmé l'avocat, Thomas van Flein.

Mme Palin est soupçonnée d'avoir licencié abusivement le 11 juillet le chef de la sécurité publique de l'Alaska au motif que celui-ci aurait refusé de limoger un agent de police qui se trouvait être son ex-beau frère. Ce dernier était engagé dans un divorce houleux avec la soeur de la gouverneure.

La dirigeante, qui a rejeté les accusations d'abus de pouvoir, avait affirmé lors de l'ouverture de l'enquête fin juillet, alors qu'elle n'était pas encore membre du "ticket" présidentiel républicain, qu'elle y coopérerait pleinement.

Mais lundi, un porte-parole de la candidate avait déclaré que cette dernière avait changé d'avis et ne coopérerait pas tant que l'enquête "sera biaisée et dirigée par des individus partisans qui sont déjà parvenus à leurs conclusions".
  

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine