NATIONS UNIES

Un ennemi de Washington à la tête de l'Assemblée générale de l'ONU

Ancien chef de la diplomatie nicaraguayenne, Miguel d'Escoto, a été élu président de l'Assemblée générale de l'ONU. Bête noire des États-Unis, ce prêtre sandiniste (gauche) s'est fait connaître pour ses diatribes anti-américaines.

Publicité

Le nom de Miguel d'Escoto est un mauvais souvenir pour Washington. Celui qui préside pour un an l'Assemblée générale de l'ONU a été ministre des Affaires étrangères du Nicaragua pendant 11 ans. Ce prêtre sandiniste avait déclaré à propos des États-Unis : "Le privilège du veto semblent leur être monté à la tête, au point de leur faire croire qu'ils peuvent agir comme bon leur semble."

 

Le passif est lourd. En 1983, le Nicaragua avait accusé la CIA d'avoir cherché à assassiner Miguel d'Escoto, en lui envoyant une bouteille de bénédictine empoisonnée au thallium. C'était l'époque où le président Reagan soutenait les "contras" contre les sandinistes marxisants de Daniel Ortega. Depuis, le vent a tourné. Aujourd'hui, Miguel d'Escoto estime que les Etats-Unis, comme tous les autres pays, devraient être admirés. Et "ce n'est pas de ma faute, si leur prestige et leur image ont souffert".

A 75 ans, et malgré la surdité qui le guette, le prêtre sandiniste reste combatif. Plus habitué des bidonvilles que des couloirs feutrés de la diplomatie, il veut mobiliser l'ONU contre la pauvreté ou le changement climatique. Et risque là aussi, de donner du fil à retordre à Washington.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine