ÉTATS-UNIS - TÉLÉVISION

"Mad Men" et Glenn Close couronnés aux Emmy Awards

Équivalents des Oscars pour les programmes télévisés, les Emmy Awards ont désigné le feuilleton "Mad Men" meilleure série dramatique. Glenn Close a été couronnée meilleure actrice pour son rôle dans le thriller "Damages".

Publicité

Le feuilleton "Mad Men" a été désigné meilleure série dramatique aux Emmy Awards, l'équivalent des Oscars pour la télévision, tandis que la mini-série "John Adams" a reçu cinq trophées lors d'une cérémonie teintée de politique, dimanche soir à Los Angeles.

Chronique acide de la vie dans une agence de publicité new-yorkaise au début des années 1960, "Mad Men", diffusé depuis seulement un an sur les petits écrans américains, succède aux "Soprano" au palmarès de cette catégorie reine des Emmys.

Côté série comique, c'est "30 Rock" qui a été distinguée pour la deuxième année consécutive. Cette satire de la vie quotidienne dans une chaîne de télévision a également valu à Alec Baldwin, dans la catégorie du meilleur acteur dans une série comique, le premier de ses Emmys en sept nominations.

L'autre vedette de "30 Rock", Tina Fey, a obtenu deux récompenses: l'une de la meilleure actrice dans une série comique, un doublé après celle de 2007, et l'autre au titre du scénario.

Cette habituée de l'émission "Saturday Night Live" a récemment fait rire les Américains en imitant la candidate républicaine à la vice-présidence Sarah Palin. "Je voudrais cesser de jouer cette femme le 5 novembre, ce serait super", a plaisanté Mme Fey après la cérémonie, allusion à l'élection présidentielle américaine du 4 novembre.

Glenn Close, à l'occasion de sa 11e nomination depuis 1984, a décroché sa deuxième statuette aux Emmys, meilleure actrice dans une série dramatique pour "Damages", un thriller juridique. A 61 ans, Glenn Close détient aussi cinq nominations aux Oscars.

Moins célèbre mais sans être un inconnu, puisqu'il s'agissait de sa quatrième nomination aux Emmys, Bryan Cranston a créé la surprise en enlevant le trophée du meilleur acteur dans une série dramatique pour "Breaking Bad", l'histoire d'un professeur de chimie qui sombre dans une folie meurtrière.

"John Adams" a reçu cinq trophées dimanche soir, dont celui de la meilleure mini-série. Cette oeuvre qui raconte la vie du deuxième président des Etats-Unis a été diffusée en sept parties cette année sur la chaîne câblée HBO.

Pour le rôle-titre de "John Adams", Paul Giamatti, révélé dans "Sideways" et nommé aux Oscars en 2006, a raflé l'Emmy du meilleur acteur dans une mini-série ou un téléfilm, tandis que sa partenaire à l'écran Laura Linney a été consacrée par le trophée de la meilleure actrice dans la même catégorie.

Mme Linney a saisi l'occasion pour saluer les "pères fondateurs" des Etats-Unis, qu'elle a comparé aux "animateurs communautaires", une expression récemment utilisée par le camp républicain pour s'en prendre à la candidature du démocrate Barack Obama à la Maison Blanche.

"J'éprouve le plus grand respect pour ceux qui servent leur communauté. Nos pères fondateurs étaient des animateurs communautaires (...) j'ai l'impression que cela a été foulé aux pieds. Je ne pense pas que quiconque mérite qu'on lui manque de respect parce qu'il sert" le public, a déclaré l'actrice.

"John Adams" a aussi valu au Britannique Tom Wilkinson l'Emmy du meilleur second rôle dans une mini-série ou un téléfilm, et a obtenu le prix du meilleur scénario de sa catégorie.

Dans une cérémonie décidément politique, "Recount", qui narre les coulisses de la fameuse élection de 2000 entre George W. Bush et Al Gore, jouée à quelques voix près en Floride, a obtenu l'Emmy du meilleur téléfilm.

"Nous ne voulons vraiment pas tourner +Recount 2+", a plaisanté Jay Roach, le réalisateur de cette oeuvre dans laquelle jouait notamment Kevin Spacey, en allusion à une possible élection serrée entre M. Obama et le républicain John McCain le 4 novembre.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine