ÉTATS-UNIS - ÉLECTION

McCain et Obama s'affrontent sur le terrain économique

Le contexte économique est devenu le "ring" des deux candidats à la Maison Blanche. Et devrait être au cœur du premier débat, organisé vendredi soir, entre le démocrate Barack Obama et le républicain John McCain.

Publicité

Barack Obama, candidat démocrate à la Maison blanche, a jugé dimanche "ahurissants" les 700 milliards de dollars du plan de sauvetage des établissements financiers.

 

"Pour l'heure, l'administration Bush n'a pas présenté un plan, simplement un concept au prix ahurissant. Même si le Trésor récupère avec le temps une plus ou moins grande partie de son investissement, cette mise initiale de 700 milliards de dollars donne à réfléchir", a-t-il dit lors d'un rassemblement électoral en Caroline du Nord.

 

"Et en échange de leur soutien, les Américains doivent être assurés que cet accord reflète les principes fondamentaux de
transparence, d'équité et de réforme", a-t-il ajouté.

 

Le projet de l'administration Bush prévoit la reprise par le Trésor des créances douteuses liées de près ou de loin au marché du crédit immobilier, dans le but d'empêcher une propagation à l'ensemble de l'économie de la crise financière la plus grave subie par les Etats-Unis depuis la "grande dépression" des années 1930.

 

Pour Obama, il est essentiel que le projet définitif protège les contribuables et les propriétaires immobiliers et comporte
un engagement en faveur de réformes des règles encadrant le secteur financier afin de prévenir une autre crise.

 

A ses yeux, la crise financière à l'origine de ce plan de sauvetage résulte de la politique économique du Parti républicain de son rival, John McCain, qu'il qualifie de "Grand dérégulateur".

 

"Nous assistons aux conséquences désastreuses de cette philosophie (...) et pourtant le sénateur McCain, qui admettait
avec candeur il n'y a pas si longtemps ne pas connaître l'économie autant qu'il le devrait, souhaite poursuivre sur cette même voie désastreuse."

 

"En période de crise (...) il faut des qualités de dirigeant"

 

De son côté, le candidat républicain à la présidentielle américaine, John McCain, a reproché dimanche à son adversaire démocrate Barack Obama de manquer des qualités qui font un dirigeant, prenant comme exemples la crise économique et la guerre en Irak.


"Qu'il s'agisse d'un retournement de la guerre ou d'une urgence économique, il réagit en homme politique et non en dirigeant, et cherche un avantage pour lui-même plutôt qu'une solution pour son pays", a dit M. McCain de son adversaire au cours d'un discours de campagne devant les réservistes de la Garde nationale à Baltimore (Maryland, est).

M. McCain a rappelé qu'il avait lui-même proposé un plan pour sortir les Etats-Unis de la crise financière, alors que "le sénateur Obama a refusé de présenter son propre plan".

"En période de crise, au moment où il faut des qualités de dirigeant, le sénateur Obama ne les a tout simplement pas montrées", a-t-il dit.

M. McCain insiste régulièrement sur le manque de jugement de Barack Obama et son incapacité à devenir président des Etats-Unis, un argument qu'il devrait utiliser lors du premier débat entre les deux candidats vendredi.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine