Accéder au contenu principal

La grève des postiers est un succès, selon les syndicats

Plus d'un postier sur quatre s'est déclaré en grève, à l'appel de cinq syndicats, pour protester contre la privatisation de La Poste. "La mobilisation est très forte", s'est félicité Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT.

Publicité

Cinq syndicats appellent les 300.000 postiers à faire grève ce mardi et à participer à des rassemblements organisés partout en France contre la "privatisation" de l'entreprise publique qui doit changer de statut en 2010.

La direction de La Poste, interrogée par l'AFP, n'était pas en mesure de préciser si la distribution du courrier ou le fonctionnement des bureaux de poste seraient affectés par le mouvement.

Au total, plus de quarante rassemblements ou manifestations sont organisés, selon la CGT: Agen, Nevers, Auxerre, Saint-Brieuc, Bordeaux, Besançon, Guéret, Nantes, La Rochelle, Lille, Toulouse, Nîmes, etc. A Paris, un cortège partira à 14H00 de la Rue du Bac (7e arr) pour rejoindre le siège de La Poste, rue de Vaugirard (15e arr).

Lors des derniers mouvements unitaires, moins d'un postier sur cinq avait fait grève, un palier que les organisations syndicales (CGT, Sud, FO, CFDT, CFTC) espèrent bien dépasser cette fois: "25% à 30%, ce serait bien", a estimé Jacques Lemercier (FO).

Premier syndicat à La Poste, la FAPT-CGT, qui annonce avoir recueilli plus de 160.000 signatures sur une pétition intitulée "Touche pas à ma poste", prédit une journée "très forte".

Selon un sondage CSA publié mardi par l'Humanité, 61% des Français disent ne pas être favorables à un changement de statut de La Poste.

Les organisations syndicales, soutenues par plusieurs partis politiques de gauche dont le Parti socialiste, y voient une "première étape vers la privatisation" qui affecterait l'emploi et la qualité du service public.

Le gouvernement, qui planche sur le dossier, a reçu syndicats, associations de consommateurs et élus début septembre, avant que l'Elysée n'annonce la création d'une commission sur l'avenir de La Poste composée d'élus et de responsables syndicaux.

Une décision qui n'a pas calmé les syndicats: Colette Duynslaeger (CGT) y voit "un encouragement" à la mobilisation qui "montre que le gouvernement est en difficulté dans ce dossier".

Le projet de changement de statut de La Poste prévoit que l'entreprise publique devienne une société anonyme dès janvier 2010 puis qu'elle ouvre son capital un an plus tard afin de lever des fonds.
  

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.