BANQUE - JAPON

Nomura reprend les activités de Lehman en Europe

Après s'être emparé des actifs asiatiques de la banque américaine en faillite Lehman Brothers, la banque de courtage japonaise Nomura reprend les activités de Lehman Brothers en Europe et au Moyen-Orient.

Publicité

Le groupe japonais de services financiers Nomura Holdings a annoncé mardi la reprise de deux activités clés de Lehman Brothers en Europe, 24 heures après s'être emparée de la totalité des opérations en Asie de la banque d'affaires américaine en dépôt de bilan.

Cette transaction, dont le montant reste secret, marque un nouvel épisode de la ruée des banques japonaises, relativement épargnées par la crise financière et aux trésoreries bien remplies, sur leurs homologues de Wall Street en détresse. La veille, la première banque japonaise Mitsubishi UFJ Financial Group avait annoncé l'acquisition d'entre 10 et 20% de Morgan Stanley.

Nomura Holdings va reprendre les activités courtage et banque d'investissement de Lehman Brothers en Europe et au Moyen-Orient. Une "une proportion significative" des quelque 2.500 salariés des activités rachetées conserveront leur emploi, a affirmé le groupe dans un communiqué.

Lehman Brothers compte au total 4.500 employés en Europe.

"L'acquisition apportera à Nomura une plateforme de courtage et de banque d'investissement leader dans la région, et renforcera notre stratégie visant à connecter l'Asie et l'Europe", s'est félicité le groupe.

"Notre priorité immédiate est de remettre en activité les divisions courtage et banque d'investissement sous le nom de Nomura", a affirmé dans le communiqué le PDG de Nomura, Kenichi Watanabe.

Nomura avait déjà annoncé lundi la reprise de la totalité des actifs de Lehman en Asie-Pacifique, pour un montant de 225 millions de dollars selon la presse. Les quelque 3.000 employés de Lehman Brothers dans la région, notamment au Japon et en Australie se verront offrir un travail dans le groupe japonais.

Selon les médias japonais et européens, Nomura Holdings était en compétition pour l'achat activités européennes et asiatiques avec plusieurs rivaux, dont la banque britannique Barclays. Cette dernière s'est pour sa part adjugée, pour 1,35 milliard de dollars, les meilleures activités de Lehman en Amérique du Nord ainsi que le siège de la banque à New York.

La débandade de Wall Street offre aux banques japonaises, qui avaient dû réduire considérablement leur voilure après la grave crise qu'elles avaient traversé dans les années 1990, une chance unique de revenir sur le devant de la scène mondiale, en rachetant des actifs ou en nouant des alliances.

"C'est une occasion qui ne se présente qu'une fois par génération", avait triomphé lundi M. Watanabe.

L'offensive de Nomura intervient après plusieurs mois de difficultés, liées notamment à la crise des crédits à risque américains "subprime"

Le groupe a subi lors de l'exercice 2007-2008 (avril-mars) sa première perte nette annuelle en neuf ans (67,85 milliards de yens, soit 435 millions d'euros) et est resté dans le rouge au premier trimestre 2008-2009. Toutefois, sa trésorerie déborde d'argent frais: il a notamment levé début septembre plus de 700 millions d'euros sur le marché obligataire.

Lundi, Mitsubishi UFJ Financial Group avait lui aussi fait son marché à Wall Street, en signant une lettre d'intentions avec la banque d'affaires Morgan Stanley pour en acquérir entre 10% et 20% pour 2,6 à 5,8 milliards d'euros.

La presse japonaise s'interroge en outre ces derniers jours sur les projets de la troisième banque du pays, Sumitomo Mitsui Financial Group, qui entretient d'étroites relations avec Goldman Sachs, l'une des deux dernières banques d'affaires de Wall Steet avec Morgan Stanley.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine