AFRIQUE DU SUD - ANC

Un tiers du gouvernement démissionne en soutien à Mbeki

Quatorze membres du gouvernement sud-africains, dont la vice-présidente et dix ministres, ont remis leur démission et vont quitter le gouvernement en même temps que le président Thabo Mbeki, poussé à la démission.

Publicité

Le secrétaire général du Congrès national africain (ANC), le parti au pouvoir qui a renvoyé le président sud-africain Thabo Mbeki, a estimé mardi que la démission d'un tiers du gouvernement ne constituait pas une "crise".

"L'exode de ministres ne signifie pas qu'il y ait une crise", a affirmé Gwede Mantashe devant la presse à Johannesburg.

Quatorze membres du gouvernement, dont la vice-présidente Phumzile Mlambo-Ngcuka, dix ministres sur 29 et trois ministres adjoints, ont "remis leur lettre de démission" au chef de l'Etat et quitteront le gouvernement en même temps que lui, jeudi, avait indiqué plus tôt la présidence.

Mme Mlambo-Ngcuka et cinq des ministres "ont indiqué qu'ils n'avaient aucune intention de servir dans le nouveau gouvernement", a ajouté le secrétaire général.

Il s'agit des ministres à la Présidence Essop Pahad, de la Défense Mosiuoa Lekota, du Renseignement Ronnie Kasrils, des Entreprises publiques Alec Erwin et des Collectivités territoriales Sydney Mufamadi, a-t-il indiqué.

Ces personnalités sont toutes très proches du président démissionnaire, qui doit quitter ses fonctions jeudi. M. Mufamadi dirige en outre l'équipe de médiation de M. Mbeki dans la crise au Zimbabwe.

Le vice-président de l'ANC, le modéré Kgalema Motlanthe, a été désigné par le groupe parlementaire du parti ultra-majoritaire pour diriger un gouvernement de transition jusqu'aux élections du 2e trimestre 2009. Il doit prêter serment jeudi.

Le parti avait retiré ce week-end sa confiance au président Mbeki, l'accusant d'avoir instrumentalisé la Justice pour écarter son rival, le nouveau chef de l'ANC Jacob Zuma.
  

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine