REPORTAGE - AFGHANISTAN

Le sentiment d'insécurité règne encore à Kaboul

Depuis quelques semaines, la sécurité de la capitale a été officiellement "rendue" aux Afghans. Dans les faits, et dans la rue, le sentiment de sécurité est pourtant encore loin d’être de mise. Reportage de L. Menget et J. Bodin à Kaboul.

Publicité

Lundi, le Premier ministre François Fillon a évoqué, devant les sénateurs et députés français, les succès de la Force internationale d’assistance à la sécurité (Isaf) en Afghanistan. Depuis quelques semaines, la sécurité de Kaboul est aux mains des Afghans. Quelque 7 000 policiers, qu’il est interdit de filmer, et un renfort de 3 000 soldats, déployés en cas de besoin, veillent à l’ordre dans la capitale afghane.


D’après les rares enquêtes d’opinion, le sentiment de sécurité s’est quelque peu amélioré. Mais la confiance des Afghans en leur armée est limitée. Ainsi, en se prononçant clairement en faveur d’une stratégie d’"Afghanisation", la France risque de susciter des inquiétudes chez de nombreux Afghans.

 

"Nous faisons confiance à l’armée afghane quand les Américains ou les forces étrangères sont avec eux, explique Farid, un résident de Kaboul. On a entendu dans les médias et par les représentants de l’Isaf qu’ils pourraient partir. Pour nous, il faut qu’ils restent aux côtés de notre armée."

 

Mais à l’approche de la fête du Fitr qui marque la fin du mois sacré de ramadan, le sentiment d’anxiété est de plus en plus présent à Kaboul. Située au pied des montagnes, la capitale afghane est aujourd’hui quasiment encerclée par les insurgés. Les attentats, les attaques et les kidnappings y sont encore monnaie courante. "Bien sûr qu’on a peur des Taliban, parce qu’on sait qu’ils peuvent revenir", déclare Safioula, également résident de la capitale.

 

Mêmes discrètes, les forces étrangères continuent de se montrer occasionnellement dans Kaboul, histoire de dire que pour bien préparer la paix, il faut continuer à envisager la guerre.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine