EXCLUSIF - BOLIVIE

De nouvelles images montrent la violence des affrontements de Pando

Alors que la situation politique est toujours tendue en Bolivie, FRANCE 24 revient sur les violences qui ont secoué, le 11 septembre, la province de Pando (nord) avec des images exclusives des affrontements entre pro et anti-Morales.

Publicité

Le vice-président bolivien, Alvaro Garcia, a mis en doute lundi la "volonté" de l'opposition à conclure un accord avec le gouvernement de gauche, afin de mettre fin aux troubles politiques qui secouent le pays andin.

"Il y a des signes qui laissent penser que (l'opposition) n'a pas la volonté de signer un document pour un grand accord", a déclaré M. Garcia, après quatre jours de dialogue avec les régions autonomistes dirigées par l'opposition libérale (Santa Cruz, Beni, Pando, Chuquisaca et Pando).

Le président bolivien Evo Morales et les gouverneurs de ces cinq régions orientales, les plus riches du pays, ont renoué jeudi dernier le dialogue, gelé depuis huit mois, dans l'espoir de résoudre la crise qui divise le pays et a fait 19 morts au terme de trois semaines de violences.

La déclaration de M. Garcia intervient après que les gouverneurs ont refusé de cautionner l'organisation d'un référundum sur la nouvelle Constitution, promue par le chef d'Etat socialiste.

"On ne peut pas à nouveau se moquer du peuple", a encore dénoncé le vice-président bolivien, avant d'avertir que le dialogue ne pourrait "continuer indéfiniment" fautes d'avancées.

"Nous avons le droit d'appliquer notre programme, même si nous savons écouter", a poursuivi M. Garcia, en rappelant que les représentants des régions ne constituaient que des "forces locales"

L'opposition refuse la politique de M. Morales, premier président amérindien du pays, visant à redistribuer les richesses au profit des provinces pauvres des Andes et réclame un large statut d'autonomie pour les régions qu'elle dirige.

Les communautés paysannes, qui soutiennent M. Morales, ont menacé de leur côté d'organiser une marche vers Santa Cruz, la province la plus riche du pays et bastion de l'opposition.

Les discussions entre les régions et le gouvernement de M. Morales, se sont poursuivies durant le week-end, avant d'être ajournées à jeudi.

M. Morales a  remporté le 10 août dernier avec 67% des voix un référendum révocatoire lors duquel il avait remis en jeu son mandat présidentiel.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine