CHINE - LAIT CONTAMINÉ

L’UE restreint les importations de produits chinois pour enfants

Les Européens recourent aux grands moyens face au scandale du lait frelaté en Chine. La Commission prévoit d'imposer un embargo total sur les produits en provenance de Chine pour les enfants contenant du lait.

Publicité

Les Européens recourent aux grands moyens face au scandale du lait frelaté en Chine, en interdisant les importations de tous les produits pour enfants provenant de ce pays qui contiendraient du lait en poudre, comme le chocolat, les confiseries et les biscuits.

"Nous devons faire monter d'un cran nos mesures" de prévention "pour être certains d'être complètement protégés", a déclaré la porte-parole de la Commission responsable des questions de Santé et de la protection des consommateurs, Nina Papadoulaki, à l'occasion d'un point de presse.

Trois décisions sont pour le moment programmées, qui devraient être officialisées vendredi à l'issue d'une réunion d'experts des Etats membres de l'UE.

Il est prévu de mettre en oeuvre des contrôles sur l'intégralité des produits alimentaires en provenance de Chine contenant plus de 15% de poudre de lait, tels les biscuits et le chocolat, ainsi que des contrôles au coup par coup pour les produits de ce type déjà sur le marché européen.

La Commission prévoit surtout d'"imposer un embargo total sur les produits en provenance de Chine pour les enfants contenant un quelconque pourcentage de lait", et ce "pour s'assurer que de tels produits ne sont pas importés sous quelque forme que ce soit", a ajouté la porte-parole.

Ces restrictions s'ajoutent à un embargo déjà imposé par l'Union européenne sur les importations chinoises de produits laitiers proprement dits, comme les yaourts et le fromage, depuis 2002.

Cette interdiction avait été décidée à la suite d'une visite de contrôle en Chine de l'Office alimentaire et vétérinaire européen. Les experts avaient jugé que les méthodes de surveillance sur place des résidus de médicaments vétérinaires ou de contaminants environnementaux ne présentaient pas de garanties suffisantes.

Depuis que le scandale du lait contaminé à la mélamine a éclaté en Chine, la surveillance douanière a déjà été renforcée en Europe pour déjouer d'éventuelles importations frauduleuses et vérifier si des particules de lait chinois ne se trouvent pas dans d'autres produits importés.

Les mesures annoncées jeudi font suite à un avis rendu dans la journée par l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) qui a jugé que des enfants ayant une consommation élevée de produits -bonbons, biscuits et chocolats- hautement contaminés pouvaient voir leur santé menacée.

Ceux ayant une consommation "moyenne" de produits contaminés par le lait chinois en Europe ne courent en revanche aucun risque, selon un communiqué de l'EFSA, qui avait été saisie à ce sujet par la Commission européenne. D'après l'Agence, le risque de contamination pour les adultes est inexistant.

Le scandale en Chine ne cesse de s'amplifier et de nombreux pays décident d'arrêter leurs importations de produits laitiers ou contenant du lait en poudre chinois. Il s'est essentiellement agi jusqu'ici de pays asiatiques et africains.

En Europe, le numéro un britannique de la grande distribution Tesco a annoncé mercredi avoir suspendu, "par mesure de précaution", la vente de bonbons d'origine chinoise dans le "petit nombre de magasins" où ils étaient vendus.

Et la présidence française de l'UE a pris argument cette semaine du scandale chinois pour demander un renforcement généralisé des contrôles sanitaires aux frontières pour les importations agricoles d'où qu'elles viennent.

Quelque 53.000 enfants ont dû être soignés en Chine après avoir consommé du lait à la mélamine, un produit chimique utilisé dans la fabrication de colles ou de résines. Quatre enfants au moins sont morts.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine