BIRMANIE

Un an après la répression, une bombe explose à Rangoun

L'explosion d'une bombe devant l'hôtel de ville de Rangoun, ex-capitale de la Birmanie, a fait quatre blessés. Cet attentat a été perpétré la veille du premier anniversaire des manifestations de moines bouddhistes, durement réprimées.

Publicité

Une bombe a explosé jeudi devant l'hôtel de ville de Rangoun, l'ex-capitale de la Birmanie, faisant quatre blessés, à la veille du premier anniversaire de la sanglante répression des manifestations antigouvernementales dirigées par des moines bouddhistes l'an dernier.

 

"Il semble qu'il s'agissait d'une bombe de faible puissance, mais nous poursuivons nos investigations", a déclaré à Reuters un policier qui a préféré rester anonyme, sur les lieux de l'explosion dans le centre de Rangoun.

 

Des policiers et des soldats en armes ont aussitôt bouclé le secteur, point de rassemblement des grandes manifestations d'il y a un an contre la junte militaire au pouvoir.

 

Au moins 31 personnes avaient été tuées dans la répression du mouvement de protestation. La zone aux abords de l'hôtel de ville et de la pagode Sule, où prenaient fin les manifestations quotidiennes, était tout particulièrement surveillée de près jeudi par des dizaines de policiers et d'agents en civil.

 

Au moins 3.000 personnes ont été arrêtées lors de la répression du mouvement. Selon des ONG des droits de l'homme, 700 personnes sont toujours derrière les barreaux, même si,

disent les autorités militaires, quelques dizaines ont été libérées.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine