VENEZUELA - CHINE

Chavez vante les réserves pétrolières de son pays

"Les réserves de pétrole du Venezuela ne font qu'augmenter", affirme le président Hugo Chavez, ajoutant que les réserves pouvaient couvrir les besoins américains et chinois.

Publicité

Le président vénézuélien Hugo Chavez a affirmé jeudi que son pays avait assez de réserves pétrolières pour satisfaire à la fois la Chine et les Etats-Unis, client traditionnel mais adversaire politique.

"Je le disais hier au président Hu Jintao lors d'une réunion de travail, les réserves de pétrole du Venezuela ne font qu'augmenter", a dit le président Chavez lors d'une conférence de presse au dernier jour de sa visite en Chine, qui a été marquée par un renforcement de la coopération énergétique bilatérale.

"Les réserves diminuent presque partout dans le monde, le Venezuela est l'un des rares pays, avec l'Arabie Saoudite, l'Iran et la Russie, qui peut assurer des engagements de grande ampleur avec tout le monde", a expliqué M. Chavez.

"Nous n'étions pas présents en Europe, maintenant nous allons entrer au Portugal, avec la Chine nous sommes partis de zéro il y trois ans (...) Nous sommes simplement en train de diversifier notre marché pétrolier", a-t-il poursuivi.

La Chine et le Venezuela ont signé mercredi à Pékin une série d'accords dans le domaine énergétique qui permettra au pays latino-américain d'exporter vers le géant asiatique en 2009 un demi-million de barils de pétrole par jour.

Jeudi, le président vénézuélien a affirmé ne pas vouloir cesser les livraisons de pétrole aux Etats-Unis.

"La seule fois en dix ans de révolution bolivarienne où le Venezuela n'a pas envoyé de pétrole aux Etats-Unis, c'est quand ils m'ont renversé", a-t-il dit, faisant référence au coup d'Etat avorté de 2002.

"Nous ne voulons pas faire de mal au peuple des Etats-Unis", a souligné M. Chavez, rappelant que le Venezuela disposait de sept raffineries aux Etats-Unis fournissant de l'essence à plus de 10.000 stations-service.

"J'ai simplement dit que si le gouvernement américain commettait la folie d'envahir le Venezuela ou de soutenir un nouveau coup d'Etat, nous devrions prendre une mesure radicale", a-t-il dit.

M. Chavez a accusé à plusieurs reprises le gouvernement de George W. Bush de fomenter des complots pour l'assassiner.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine