CANADA

Un homme jugé coupable "d'infraction de terrorisme"

La cour supérieure de justice de l'Ontario a déclaré coupable un homme canadien, aujourd'hui âgé de 20 ans, de participation à un complot de terrorisme djihadiste au Canada en 2006, aux côtés de 18 autres musulmans.

Publicité

Un jeune Canadien, accusé d'avoir participé à un vaste complot de terrorisme jihadiste au Canada il y a deux ans, a été reconnu coupable jeudi au terme du premier procès dans cette affaire, a annoncé le service fédéral des poursuites pénales.

La Cour supérieure de justice de l'Ontario a déclaré le jeune homme, aujourd'hui âgé de 20 ans, "coupable d'infractions de terrorisme prévues au Code criminel", a précisé le service fédéral dans un communiqué.

Il faisait partie d'un groupe de 18 Canadiens musulmans arrêtés durant l'été 2006 à Toronto et qui aurait planifié plusieurs attentats dans la métropole économique du Canada ainsi qu'à Ottawa.

La décision du juge John Sproat de la Cour supérieure de l'Ontario était la première dans cette affaire et était considérée comme un test majeur pour la nouvelle loi antiterroriste canadienne adoptée après les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis.

Le groupe aurait notamment prévu de prendre d'assaut le parlement canadien et de prendre des otages, dont le Premier ministre conservateur Stephen Harper, pour forcer le Canada à retirer ses troupes d'Afghanistan.

Mais depuis, les autorités avaient suspendu les accusations contre sept des suspects, qui avaient été libérés, ce qui avait soulevé des doutes sur la solidité des accusations de la police contre le groupe.

Le verdict du juge Sproat était attendu en raison de ses implications potentielles pour dix autres suspects, qui doivent subir leur procès à une date non encore fixée.

L'essentiel de l'accusation reposait sur le témoignage contradictoire d'un informateur de la police, Mubin Shaikh, qui avait infiltré le groupe, qui s'était notamment entraîné dans la neige dans un camp au nord de Toronto.

Selon l'accusation, le groupe avait voulu se procurer trois tonnes de nitrate d'ammonium, un engrais chimique pouvant servir à la fabrication d'explosifs. Mais la police avait substitué au chargement une substance inoffensive.

Le jeune homme dont l'identité ne peut être révélée parce qu'il était mineur au moment des faits, est un jeune hindouiste converti à l'Islam.

Le Service des poursuites pénales du Canada a indiqué qu'il ne ferait aucun commentaire car la décision est susceptible d'être portée en appel.

"Bien que la Cour ait déclaré l'accusé coupable, le dossier n'est pas clos puisque la Cour entendra en décembre une requête de l'accusé par laquelle il demande un sursis (...) pour abus de procédures".
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine