ÉTATS-UNIS

McCain suspend sa campagne, Obama veut continuer

Barack Obama refuse de reporter le débat qui doit l'opposer à McCain vendredi, comme le lui demande le candidat républicain. Celui-ci a décidé de suspendre sa campagne.

Publicité

Lisez le blog de Jean-Bernard Cadier

 

Porté par les sondages qui le place en tête de l'élection présidentielle américaine, le candidat démocrate à la Maison Blanche Barack Obama est décidé à aller de l'avant pendant que son adversaire républicain John McCain a annoncé mercredi qu'il suspendait sa campagne en raison de la crise financière.

"Demain matin (jeudi), je vais suspendre ma campagne et rentrer à Washington", a déclaré M. McCain.

Le sénateur de l'Arizona a également réclamé un report du débat de vendredi entre les candidats présidentiels, voulant, a-t-il dit, accorder tout son temps et son énergie à la crise financière actuelle.

Un peu plus tard, au cours d'une conférence de presse improvisée dans un hôtel de Clearwater (Floride, sud-est), M. Obama a indiqué qu'il avait lui-même pris l'initiative d'appeler M. McCain pour s'entretenir avec lui de la crise financière mais, a-t-il affirmé, le débat doit se dérouler comme prévu.

"Ce que je prévois de faire est de débattre vendredi et c'est ce que je me prépare à faire", a dit M. Obama.

"C'est exactement le moment où le peuple américain a besoin d'entendre la personne qui, dans une quarantaine de jours, devra affronter cette crise", a dit M. Obama.

"Je crois que cela fait partie du travail d'un président de s'occuper de plusieurs affaires à la fois", a-t-il dit, mouchant au passage M. McCain qui a proposé de repousser le débat télévisé pour s'occuper de la crise financière.

Interrogé par des journalistes pour savoir si le débat pourrait se dérouler sans la présence de M. McCain, un porte-parole de M. Obama, Robert Gibbs a répondu: "à mon avis, il y aura une tribune, un modérateur, un public et au moins un candidat".

M. Obama a assuré qu'il ne prenait pas la crise financière à la légère. "J'ai dit aux dirigeants du Congrès que si nous (les candidats à la Maison Blanche) pouvions être utiles, j'étais prêt à me rendre n'importe où, n'importe quand. Mais je pense qu'il est important de ne pas mêler le débat présidentiel aux travaux du Congrès", a affirmé le sénateur de l'Illinois.

Le Congrès doit examiner le plan de sauvetage du secteur financier proposé par l'administration Bush. Le plan du gouvernement américain prévoit de mettre quelque 700 milliards d'argent public dans le secteur.

L'élection présidentielle est prévue dans 41 jours.

Plusieurs sondages publiés mercredi accorde une nette avance à M. Obama.

Selon une enquête publiée par le Washington Post et la chaîne ABC News, le sénateur de l'Illinois compte neuf points d'avance sur son adversaire républicain John McCain.

M. Obama est crédité de 52% d'intentions de vote contre 43% pour M. McCain parmi les personnes ayant manifesté le souhait d'aller voter. L'avance de M. Obama est encore plus nette chez les personnes inscrites sur les listes électorales mais qui ne sont pas encore sûres d'aller voter (52% contre 42%).

Un autre sondage diffusé par Fox News donne six points d'avance à M. Obama (45% contre 39%). La chaîne NBC et le Wall Street Journal donnent quant à eux un résultat plus serré avec seulement deux points d'avance à M. Obama (48% contre 46%).

Ces sondages, réalisés au niveau national, doivent être maniés avec prudence en raison du mode de scrutin indirect en vigueur aux Etats-Unis.

L'élection se joue Etat par Etat et la décision pourrait se faire au niveau de quelques Etats clefs où les candidats sont dans un mouchoir de poche.

Selon un sondage de CNN portant sur plusieurs Etats clefs, M. Obama arrive en tête dans le Colorado (51% contre 47%), le Michigan (51% contre 46%) et la Pennsylvanie (53% contre 44%). M. McCain est en tête dans le Montana (54% contre 43%) et la Virginie-Occidentale (50% contre 45%).
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine