VOL SPATIAL

Un taïkonaute chinois dans l'espace, en attendant la Lune

Le colonel Zhai Zhigang s'est envolé à bord du vaisseau Shenzou VII. Le troisième vol spatial chinois habité doit aboutir à la première sortie d'un taïkonaute dans l'espace. Un satellite retransmettra ses exploits en direct.

Publicité

Zhai Zhigang s’apprête à devenir l’un des héros de l’aventure spatiale chinoise. Il s'est envolé jeudi à bord du vaisseau Shenzou VII depuis la base militaire de Jiuquan en plein désert de Gobi. Si tout va bien, une trentaine d’heures plus tard, il effectuera la première sortie dans l’espace d’un taïkonaute chinois.
 

La mission de ce colonel de l’Armée populaire de Chine et de ses deux co-équipiers devrait durer une quarantaine de minutes. Le temps de déployer un satellite qui retransmettra ses exploits en direct dans le monde entier et d’abord sur toutes les chaînes de télévision du pays. La ferveur nationaliste chinoise devrait atteindre des sommets.

 

"Un équipement au top de la technologie"

 

“La plus grosse difficulté reste la sortie dans l’espace, explique à FRANCE 24 Jiao Weixin, professeur à l’Université de Pékin. Il faut s’y préparer, et cela commence par avoir un équipement qui soit au top de la technologie.”

 

En cas de succès, la Chine deviendra le troisième pays, après les Etats-Unis et la Russie, à faire sortir un homme dans l’espace.

 

Une aventure entamée il y a une dizaine d’années seulement. Dans ce domaine comme ailleurs, la Chine va très vite. Premiere étape en 2003, la Chine entrait dans le petit club des pays ayant réussi leur vol habité. Deuxième succès deux ans plus tard avec le lancement de la fusée Longue Marche 2 et une capsule de fabrication russe de type Soyouz agrémentée d’équipements chinois. Cette troisième étape devrait sonner l’heure de la conquête de la Lune pour Pékin. Un objectif ultime pour les dirigeants chinois.

 

"L’espace n’appartient à personne"

 

“Si cette la mission est un succès, alors Pékin continuera sur sa lancée, et mettra sur orbite une station indépendante d’ici 2020, nous assure le professeur Weixin. La dernière étape étant l’établissement d’une base lunaire d’ici 50 ans.” Objectif annoncé : exploiter les ressources en énergie considérables qui se trouvent sur la Lune. De quoi inquiéter les Américains. Lors d’une conférence de presse organisée avant le décollage, le scientifique Ouyang Ziyuan, l’un des pionniers de l’aventure spatiale chinoise expliquait : “L’espace n’appartient à personne. Si les Américains arrivaient à s’installer sur la Lune en premier, rien ne garantit aujourd’hui qu’ils partageraient avec nous. Nous devons être rapides. Mais rester pacifiques.”

 

 
Mais un autre objectif non avoué du gouvernement sera de détourner l’attention de la population des problèmes actuels : scandale du lait contaminé, inflation, difficultés économiques… Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si ce vol a lieu entre la fin des Jeux paralympiques et la fête nationale du 1er octobre, deux événements empreints de patriotisme.

 

La pression est donc particulièrement forte sur les épaules du colonel Zhai Zhigang pour que cette mission soit couronnée de succès.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine