BIRMANIE

Haute sécurité pour le premier anniversaire de la Révolution safran

Selon la Ligue nationale pour la démocratie (LND), le parti de l'opposante Aung San Suu Kyi, les autorités birmanes ont fortement renforcé la surveillance à Rangoun pour empêcher tout rassemblement un an après le soulèvement des bonzes.

Publicité

Les dizaines de milliers de Birmans qui ont défilé avec les moines bouddhistes contre la junte militaire il y a un an ont exprimé un profond désir de changement, mais des mesures de sécurité très strictes empêchaient toute nouvelle manifestation vendredi, selon l'opposition.

"Les droits de l'homme ont été bafoués ici" le 26 septembre 2007 lorsque les forces de sécurité ont commencé à réprimer violemment des défilés menés par des moines bouddhistes, a déclaré Nyan Win, porte-parole de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), parti de l'opposante Aung San Suu Kyi.

Le soulèvement des bonzes, baptisé "Révolution safran" et consécutif à une brusque augmentation des prix, avait attiré certains jours jusqu'à 100.000 personnes dans les rues de Rangoun, ce qui avait constitué le plus sérieux défi aux généraux depuis 1988.

Mais des policiers et des soldats étaient ensuite entrés en action, n'hésitant pas à tirer sur la foule, faisant 31 morts -- dont un journaliste japonais -- et 74 disparus, selon un enquêteur des Nations unies, qui avait aussi dénombré des milliers d'arrestations.

Vendredi, les mesures de sécurité étaient très strictes à Rangoun, en particulier autour de la pagode Shwedagon, point de départ des manifestations pacifiques il y a un an.

Outre des agents en civil, un témoin a vu une dizaine de camions avec 200 policiers armés près d'une entrée à l'est de ce complexe de temples bouddhistes.

Il y a peu de visiteurs parce que "les gens ont peur", a déclaré un commerçant.

En septembre 2007, "j'ai vu des gens exprimer un désir" profond de changement après 45 ans de dictature militaire mais, "en raison des mesures de sécurité, la population ne peut pas manifester comme cela cette année", a indiqué à l'AFP Nyan Win.

Les autorités ont considérablement renforcé la surveillance depuis un mois à Rangoun, où des camions de la police sont postés en permanence à certaines intersections. Des soldats effectuent également des exercices anti-émeutes la nuit dans des quartiers abritant des monastères.

Jeudi, l'explosion d'une bombe a fait sept blessés à un arrêt d'autobus devant l'hôtel de ville de Rangoun, mais l'attentat n'a pas été revendiqué.

Mardi, les autorités ont libéré sept prisonniers politiques, membres de la LND, dont le célèbre journaliste Win Tin, 79 ans, incarcéré depuis 1989, mais un de ces détenus a été remis en prison le lendemain, selon des opposants en exil.

Par ailleurs, les efforts des Nations unies pour structurer un dialogue entre le régime et l'opposition sont au point mort et les généraux paraissent vouloir remodeler le paysage politique selon leurs intérêts, indiquent des analystes.

En mai, alors qu'un cyclone meurtrier balayait le sud de la Birmanie, le régime avait fait passer en force un projet de Constitution favorable à l'armée et censé ouvrir la voie à des élections législatives en 2010.

Jeudi, le chef de la police nationale, Khin Yee, a tenu une réunion inédite avec six membres du comité exécutif de la LND, a indiqué Nyan Win. "Il a exigé que nous nous rétractions par rapport à une déclaration" préconisant une révision de la nouvelle Constitution, a-t-il dit.

Ce texte rendrait Mme Suu Kyi inéligible, au motif controversé que son époux, décédé d'un cancer en 1999, avait la nationalité britannique.

Mme Suu Kyi, 63 ans, toujours assignée à résidence, a été privée de liberté pendant la majeure partie des 19 dernières années. Depuis la mi-août, elle a multiplié les signes de protestation, boycottant une rencontre avec l'envoyé spécial de l'ONU Ibrahim Gambari et refusant pendant un mois des livraisons de nourriture.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine