TCHAD

L'est du Tchad, une région instable

L'est du Tchad est une région qui sert de base arrière à de nombreux rebelles. L'Eufor y assure la sécurité des civils, mais elle n'a pas le droit de pénétrer dans les camps de réfugiés.

Publicité

L'est du Tchad sert de base arrière à de nombreux rebelles. Ce jour-là, à Iriba, alors que le bataillon polonais de l'Eufor s'approvisionne en eau, des picks-up armés surgissent. Un rebelle demande ce que font les Polonais. Ils répondent qu’ils sécurisent la zone, que tout va bien.

 

Une prise de contact furtive, et les hommes repartent sans être contrôlé. Ces hommes sont du RFC, une des factions rebelles qui a attaqué N'Djamena en février et qui négocie aujourd'hui son retour dans l'armée tchadienne.

 

Un officier polonais explique: "Pour nous, l'important c'est de rester neutres, si nous voyons des soldats tchadiens nous les saluons, si c'est des rebelles pareil. C'est essentiel que nous montrions notre neutralité par rapport aux affaires internes tchadiennes."

 

Quelque soit la faction armée, l'Eufor n'intervient que si elle menace des civils. Ses patrouilles sont sensées dissuader les attaques, et protéger en particulier les 400 000 déplacés tchadiens et réfugiés soudanais. Ils vivent dans des camps, mais l'Eufor n'a pas le droit d'y pénétrer et se retrouve impuissante quand les groupes armés vont y recruter des mineurs.

 

Près de Goz Beida, dans la zone irlandaise, le camp de Jabal est relativement bien sécurisé. La plupart des réfugiés du Darfour sont arrivés il y a 5 ans, pour l'instant sans perspective de retour.

 

"On voudrait rentrer chez nous au Soudan, mais la situation n'y est toujours pas stable. Chaque jour, il ya encore des tueries, des viols", raconte un réfugié.

 

L'Eufor a été mis en place pour éviter au Tchad d'être entraîné dans le conflit du Darfour. Mais aujourd'hui, plus que les janjawids, ce sont les bandits qui menacent la région. Or l'Eufor n'a pas les pouvoirs de police pour les arrêter.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine