PRISON - MEURTRE

Le détenu assassiné serait "lié au grand banditisme"

Un détenu de la maison d'arrêt de Varces-Grenoble (Isère) a été tué, dimanche, par un tireur positionné à l'extérieur de l'établissement. Le meurtre de la victime, liée au grand banditisme, a provoqué la panique de ses codétenus.

Publicité

Le détenu assassiné dimanche à la maison d'arrêt de Varces (Isère) était "lié au grand banditisme", tandis que le tireur présumé a été placé en garde à vue à Grenoble, a déclaré la garde des Sceaux Rachida Dati.

Né en 1979, le détenu décédé était "lié au grand banditisme et devait être entendu dans une autre affaire d'assassinat", a déclaré, lors d'un point presse à la maison d'arrêt, Mme Dati, refusant de préciser son identité.

Dans son édition de lundi, le Dauphiné libéré révèle qu'il s'agit de Sghaïr Lamiri, qui purgeait une peine de 8 ans de prison pour des braquages qu'il avait commis en 2001 et 2002.

Ce dernier était le frère de Lassad Lamiri, trafiquant notoire de 27 ans, dont le meurtre par un tireur à moto, le 13 janvier 2003 à Fontaine (Isère), en banlieue grenobloise, a été un prélude à une guerre des gangs sanglante pour le contrôle du trafic de drogue à Grenoble et dans ses environs, qui a fait 8 morts par balles et 8 blessés en 2007.

Après le meurtre de Lassad Lamiri, cinq personnes avaient été arrêtées à la suite d'une dénonciation par l'ancien gérant d'un snack, qui, malgré le témoignage de ce dernier à leur procès en janvier 2007, avaient toutes été acquittées faute de preuve.

Le second détenu blessé à Varces, également connu pour des faits de banditisme, "était lié" au décédé et a tenté de le secourir avant d'être atteint à la main, a ajouté Mme Dati, précisant qu'il avait été hospitalisé au CHU de Grenoble.

Selon le Dauphiné libéré, il s'agit de Nourredine Agaguena, détenu pour une affaire de stupéfiants après avoir été interpellé en Espagne.

Au total "cinq coups de feu" ont été tirés depuis l'extérieur de la prison, depuis une colline surplombant la cour de promenade, a précisé la ministre.

Agé de 58 ans, l'auteur présumé, un cambrioleur "multirécidiviste", est actuellement en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire de Grenoble, saisie de l'enquête.

"Il nie les faits mais a été interpellé au moment où il récupérait sa moto, portant une fausse plaque d'immatriculation, et il avait un fusil à lunette encore chaud", a précisé Mme Dati.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine