CRISE FINANCIÈRE

Wall Street se reprend malgré le rejet du plan Paulson

Wall Street semble garder l'espoir que le plan Paulson soit voté. Les marchés ont nettement rebondi, le Dow Jones gagnant 4,68 %, et le Nasdaq 4,97 %.Le président Bush répète que les États-Unis ont besoin d'une action résolue.

Publicité

Lisez "les banques françaises face à la crise".

Lire également le billet de Jean-Bernard Cadier, "le bateau ivre".



La Bourse de New York a nettement rebondi mardi, sans combler sa chute historique de lundi, dans un marché porté par l'espoir d'une adoption rapide par le Congrès américain du plan de sauvetage des banques: le Dow Jones a gagné 4,68%, et le Nasdaq 4,97%.

Le Dow Jones Industrial Average (DJIA) a bondi de 485,21 points à 1O.850,66 points, au lendemain d'une perte jamais vue de près de 800 points.

Il a frôlé un rebond aussi historique que sa chute: la plus forte progression de son histoire, exprimée en points, est de 499 points - une performance qui remonte au 16 mars 2000.

L'indice Nasdaq, à dominante technologique, a pris 98,60 points à 2.082,33 et l'indice élargi Standard & Poor's 500 5,27% (soit 58,35 points), à 1.164,74 points.

Contre toute attente, le plan de 700 milliards de dollars a été rejeté lundi à la Chambre des représentants, provoquant un mouvement de panique à Wall Street: le Dow Jones a perdu 6,98%, le Nasdaq 9,14% et le S&P 500 8,81%.

Après ce "lundi noir", les indices se sont repris, sans pour autant récupérer les pertes considérables de la veille: plus de 1.000 milliards de dollars de capitalisation étaient partis en fumée.

"Le marché spécule sur une adoption d'un plan de sauvetage des banques dans la semaine", a expliqué Owen Fitzpatrick, de la Deutsche Bank.

"La chute de lundi était sans doute exagérée, et on observe un rebond général, mené par les financières", a-t-il ajouté.

Le président américain George W. Bush a déclaré mardi que les efforts pour faire adopter le projet se poursuivaient et que son rejet ne signifiait pas "la fin" du processus législatif.

Le sénateur démocrate John Kerry a affirmé de son côté que le Sénat pourrait commencer à examiner dès mercredi le plan de l'administration Bush, sans attendre que la Chambre ne vote une nouvelle version du projet.

"C'est un mélange d'espoir qu'un plan sera finalement adopté, de hausse du dollar et du constat que les autres marchés n'ont pas été touchés autant" que Wall Street, a expliqué Peter Cardillo, d'Avalon Partners.

Le dollar a affiché un bond spectaculaire face à l'euro, tombé à 1,40 dollar contre 1,44 la veille.

Les trois banques présentes dans l'indice Dow Jones ont affiché des hausses à deux chiffres: JPMorgan +13,90%, Bank of America +15,70% et Citigroup +15,55%.

Le titre de la banque régionale National City, basée à Cleveland (nord) a bondi de 28,68% à 1,75 dollar, après s'être effondré de 63% la veille. L'établissement est considéré comme l'un des plus fragilisés par la crise.

L'action Sovereign Bancorp, l'une des principales banques du nord-est des Etats-Unis, basée à Philadelphie, s'est envolé de 69,53% à 3,95 dollars: selon le Wall Street Journal, elle devait nommer un nouveau patron.

Les banques régionales First Horizon National et Fifth Third Bancorp ont pris respectivement 31,03% et 17,68%.

Selon M. Fitzpatrick, les indices ont également profité du rebond de deux secteurs durement touchés lundi: les énergétiques et les technologiques.

Le groupe pétrolier ExxonMobil, première capitalisation du Dow Jones, a gagné 4,86%, à 77,66 dollars, alors que les prix du pétrole ont rebondi de plus de 4 dollars à New York.

Le marché obligataire a fini en forte baisse. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans est monté à 3,827%, contre 3,632% lundi soir, et celui à 30 ans à 4,305%, contre 4,161% la veille.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine