Accéder au contenu principal

Les clubs anglais cumulent une dette de 3,9 milliards d'euros

Le président de la Fédération anglaise de football, David Triesman, a révélé que les dettes des clubs anglais avoisinent les 3,9 milliards d'euros. En pleine crise financière, ce surendettement constitue selon lui un "danger terrible".

Publicité

Le football anglais dans son ensemble est endetté à hauteur de 3 milliards de livres (quelque 3,9 Mds d'euros), a indiqué mardi le président de la fédération (FA), mettant en garde contre un "danger terrible" guettant les clubs dans la crise financière actuelle.

"La meilleure évaluation que j'ai obtenue hier (ndlr: lundi) à la City est que les dettes du football anglais dans son entier ont probablement atteint la barre des 3 milliards de livres", a déclaré David Triesman lors d'un colloque, "Leaders in football", tenu au stade de Stamford Bridge à Londres.

Selon lui, les quatre grands clubs (Arsenal, Liverpool, Manchester United et Chelsea) seraient à eux-seuls endettés pour le tiers de la somme globale.

Mettant en garde contre un "danger terrible", Triesman a expliqué que les clubs "commençaient à voir le bord de l'ouragan" de la crise financière mondiale et qu'il allait "désormais falloir sortir de sa trajectoire".

A la question de savoir si une faillite de club anglais était envisageable, Triesman a rétorqué: "Est-ce que je redoutais que Lehman Brothers s'effondre? Non."

"Ce que je sais, c'est que nous sommes dans une situation instable où ce n'est pas seulement le volume de la dette qui importe, mais où elle peut être un problème parce que ceux qui la détiennent sont désormais eux mêmes dans de graves difficultés', a-t-il expliqué, relevant le manque de transparence sur "qui détient cette dette".

"Si tout part de travers, il n'est pas inconcevable de voir un grand club, ou un petit club, subir une pression inédite", a mis en garde Triesman.

Outre les dettes des quatre grands clubs, le sort de West Ham inquiète la presse britannique. Le club londonien a été racheté par des hommes d'affaires islandais, soutenus par les banques de leur pays, particulièrement éprouvées par la crise financière mondiale.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.