Accéder au contenu principal

Miami Heat et New Jersey Nets s'invitent à Paris

Miami Heat et New Jersey Nets, deux clubs dont les résultats n'ont pas été particulièrement brillants la saison dernière en NBA, vont s'affronter lors d'un match d'exhibition à Bercy. Interview de Yakhouba Diawara, l'ailier français des Heat.

Publicité

Yakhouba Diawara, qui dispute jeudi à Bercy un match exhibition de NBA avec son nouveau club de Miami contre New Jersey, estime qu'il a dû travailler "deux fois plus que les autres" au cours d'une carrière où il a déjà parcouru beaucoup de chemin.

A 26 ans, l'ailier français espère enfin "exploser" au Heat de Miami après deux saisons frustrantes à Denver et l'échec pour quelques points de l'équipe de France dans la course à la qualification directe pour l'Euro-2009.

  
Q: Racontez-nous votre été entre le départ de Denver et l'arrivée à Miami, en passant par l'équipe de France.

R: "L'été a été mouvementé. Mon contrat avec Denver s'est terminé au mois de juin et j'ai dû attendre pour savoir dans quel club j'allais signer avant de rejoindre l'équipe de France. On a terminé les qualifications pour l'Euro le 20 septembre et je suis reparti aux Etats-Unis deux jours plus tard. La reprise avec Miami s'est bien passée même si je n'ai rencontré mes coéquipiers pour la première fois qu'à la fin de la semaine dernière lors des entraînements officiels.

  
 Q: Vous avez fait une partie de vos études aux Etats-Unis, vous êtes passé par les championnats français et italien. Vous voilà maintenant dans votre deuxième club NBA. Quel regard portez-vous sur votre parcours?

 R: "Je suis passé par les petites portes. Quand on vient du 93 (ndlr: il a grandi à Tremblay-en-France en Seine-Saint-Denis où il a débuté sa carrière), passer par une grande porte, c'est plus difficile. Il fallait faire le double de chemin, travailler deux fois plus que les autres. Quand on vient de la banlieue, beaucoup de gens pensent qu'on n'y arrivera jamais. J'ai continué à m'entraîner pour pouvoir réaliser mon rêve. J'ai fait beaucoup de chemin."

  
Q: Quels sont vos objectifs avec votre nouvelle équipe, à la fois collectifs et personnels?

R: "Le premier objectif de l'équipe, c'est de se rattraper de la saison dernière (ndlr: 15 victoires, 67 défaites, pire équipe de la Conférence est). Cette année, on peut terminer dans les 8 premiers de notre conférence et se qualifier pour les play-offs. Et personnellement, je pense que je peux vraiment exploser ici après mes deux saisons frustrantes à Denver. C'est à moi de saisir ma chance en apportant mon énergie au groupe pour faire partie du cinq majeur. Je peux apporter beaucoup de choses à l'équipe, notamment défensivement."

  
Q: Revenons sur votre échec avec l'équipe de France. La déception est-elle passée et, avec quelques semaines de recul, arrivez-vous à comprendre ce qui n'a pas marché?

R: "Ca a été très difficile, une très grosse déception. Il va falloir se rattraper lors des repêchages. Ca ne sera pas facile, mais avec les qualités qu'on a, si tout le monde est motivé, on devrait pouvoir se qualifier. Quand Tony (Parker) et moi sommes arrivés, un groupe s'était déjà créé. Ce n'est pas facile de s'adapter à une nouvelle équipe et un nouvel entraîneur en si peu de temps. Le coach (Michel Gomez), je le connaissais de nom. Je l'ai rencontré deux fois lorsqu'il est venu aux Etats-Unis et c'est tout. On aurait eu besoin de plus de vécu ensemble."

  
Q: Aujourd'hui, vous êtes à Paris pour le NBA Europe Live Tour, où vous disputez un match de démonstration contre New Jersey. Mais dans quelques années, la NBA pourrait installer plusieurs franchises en Europe...

R: "C'est un projet qui me semble possible. Il faut que les installations et le budget suivent, mais un jour, on aura peut-être une équipe à Paris. En attendant, c'est très intéressant de venir ici en démonstration. Tout le monde ne peut pas se lever à 4 heures du matin pour regarder la NBA ou assister à des matches aux Etats-Unis. En plus pour moi, c'est la première fois que je peux jouer à Paris, devant mon public. Je suis ici comme à la maison."

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.