Accéder au contenu principal

Pékin lance un vaste plan de réformes agraires

La session annuelle du 17e Comité central du Parti communiste chinois (PCC) a entériné l'un des plus importants plans agricoles adoptés depuis 30 ans. Quelque 800 000 paysans pourront désormais louer ou hypothéquer leurs terres.

PUBLICITÉ

Le Parti communiste chinois (PCC) a approuvé dimanche, à l'issue de sa session annuelle, un plan de réformes dans le secteur rural, une priorité affichée de longue date par les autorités afin d'améliorer le sort des quelque 800 millions de paysans.

La session plénière du 17e Comité central du PCC, sous la houlette du président Hu Jintao, s'est achevée après avoir avalisé une décision sur des "problèmes cruciaux relatifs au développement et aux réformes dans le secteur rural", a indiqué l'agence Chine nouvelle.

Environ 500 cadres et membres du Comité central étaient réunis à huis clos depuis quatre jours dans la capitale chinoise.

Ces réformes s'inscrivent dans une volonté plus large des autorités de résorber l'écart de revenus entre paysans et citadins qui n'a cessé de se creuser depuis l'ouverture de la Chine il y a 30 ans.

Selon des sites gouvernementaux et des médias officiels, elles porteront en particulier sur une modification de la législation en vigueur dans un pays où les paysans ne jouissent que d'un droit d'usage, la terre appartenant à l'Etat.

Depuis 1978, date de l'arrivée au pouvoir du père des réformes et de l'ouverture de la Chine, Deng Xiaoping, les paysans ne jouissent d'un simple droit de bail, fixé à 30 ans. Ils ne peuvent en conséquent ni vendre leur terre, ni la transmettre, ni même la louer sans l'aval des autorités.

Sans formellement leur accorder le droit de propriété, les dirigeants chinois doivent mettre sur pied une structure permettant aux agriculteurs d'effectuer certaines transactions jusqu'ici proscrites (location, hypothèque), a indiqué Dang Guoying de l'Académie des sciences sociales cité par le quotidien China Daily.

"La mesure accélèrera l'urbanisation du pays en attirant plus de paysans vers les villes alors que les grands entrepreneurs du secteur favoriseront le développement d'une agriculture moderne en zones rurales", a estimé M. Dang.

Ces dernières années, les autorités ont mis l'accent sur la construction d'une société "harmonieuse", au bénéfice notamment des campagnes, supprimant un antique impôt agricole ou annonçant en 2006 des mesures en faveur des écoles rurales.

"Redonner un souffle à l'économie rurale est la clef pour le prochain stade de développement de la Chine", a déclaré à l'hebdomadaire Outlook Weekly Chang Xueze, de la Commission nationale du développement et des réformes.

Quelque 56,1% de la population chinoise réside en zone rurale, soit 737,42 millions de personnes, selon les statistiques officielles 2007.

Malgré le décollage rapide de l'économie, une large frange des quelque 800 millions de ruraux vit encore dans des conditions difficiles en Chine.

Les jacqueries, souvent réprimées brutalement, se sont multipliées, principalement dans le Sud du pays où la pression foncière est très forte.

Les autorités locales, responsables de la propriété et de la gestion des terres, abusent souvent de leur pouvoir pour exproprier des agriculteurs puis céder les terrains avec une plus value-conséquente, sans verser cependant de compensation équitable aux personnes expropriées.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.