Accéder au contenu principal

Las Vegas n'échappe pas à la crise

On ne joue plus à Las Vegas. Les saisies immobilières se succèdent à un rythme effréné dans cette ville du Nevada mondialement connue. Certains habitants endettés, victimes de la crise immobilière, ont décidé de se battre.

PUBLICITÉ

Une spirale infernale a frappé le quartier de Dante Harvey, à Las Vegas. En seulement quelques mois, pratiquement tous ses voisins ont perdu leurs maisons. Dante Harvey s’en désole:  “J’avais un bon pote, Ricky, qui vivait ici. Et à côté, il y avait Jannie et sa famille qui ont vécu dans cette maison pendant six ans. Et j’avais aussi des amis qui vivaient plus loin, dans la maison du coin. En fait, depuis deux ans on est pratiquement les derniers à rester.” Une vingtaine de maisons ont été saisies par les banques rien que dans le pâté de maison de Dante Harvey.

 

Un avis d'expulsion collé sur le mur
 

Mais Dante, ses sœurs et leur grand-mère Rita ont décidé de se battre pour sauvegarder la leur, menacée du même sort. Depuis un an, les remboursements sont passés de 1 800 à 2 700 dollars par mois. Un cauchemar pour Rita, 64 ans, qui est au bord de la crise de nerf: “Ils m’épuisent... Je n’en peux plus.”

 
Dante a ses deux sœurs à charge et pour seul revenu des aides de l’Etat. Rita n’arrive plus à payer son emprunt à taux variable. Les créanciers lui ont donc signifié la saisie de sa maison et sa mise en vente, mais Rita ne s’est pas laissée intimidée : “On partait faire des courses et quand on revenait il y avait un avis d’expulsion sur le mur nous demandant de quitter la maison sous trois jours. Il y avait aussi des promoteurs mensongers que j'appellais et qui me disait 'Si vous déménagez, votre créancier vous donnera 1500 dollars'. Je déchirais leur papier et je leur disais: 'Ne me rappeler plus'! Et on a tenu comme ça. Je sais que si je pars, ma maison sera considérée comme abandonnée et il sera impossible de la récupérer. Mais si on reste alors il y a peut-être une chance.”
 

Le Nevada, triste leader national des saisies immobilières

 

Pour l’aider à garder la maison de ses rêves, Rita a fait appel au Centre d’aide au logement du Nevada. Il fait l'intermédiaire entre les créanciers et les propriétaires. Et ces temps-ci, le bureau déborde de dossiers. Il y en a 400 en cours. Entre deux coups de fils pour sauver une maison à la dernière minute, la directrice, Gail Burks, explique sa démarche: “Les lois en vigueur exigent des banques qu’elles évitent les saisies et nous on leur montre comment elles peuvent maximiser leurs bénéfices en le faisant. Si il y a déjà dix maisons qui ont été saisies dans le lotissement, c’est simple, vous ne pourrez pas vendre. La valeur va chuter, vous n’en tirerez rien. Il vaut mieux essayer de trouver une solution adéquate avec une personne qui peut et veut payer.”

 

Finis les beaux jours de la croissance à deux chiffres, Las Vegas a été rattrapée par la crise. Rita aussi, mais elle résiste et cherche des solutions avec ses petits-enfants pour éviter à tout prix de mettre la clé sous la porte et de rentrer ainsi dans les statistiques qui font du Nevada le triste leader national en terme de saisies immobilières.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.