Accéder au contenu principal

Nouvelle glissade des Bourses européennes

Dans le sillage des marchés asiatiques, qui ont connu une nouvelle journée noire, les Bourses européennes ont ouvert en forte baisse, avant de connaître un léger rebond. À 11h (GMT+2), le CAC 40 perdait plus de 3%.

Publicité

Les marchés européens ont ouvert, ce jeudi matin, en forte baisse, perdant, pour la seconde journée consécutive, jusqu’à 5 %. Un plongeon qui suit la dégringolade de l'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo qui a subi, ce même jeudi, la deuxième pire chute de son histoire (-11,41 %). Avec un Dow Jones perdant près de 8 %, Wall Street faisait face, hier, à sa séance la plus catastrophique en plus de 20 ans.

 

Ces baisses interviennent après plusieurs jours de hausse, qui laissaient espérer un peu d’accalmie après l’annonce des plans de sauvetage européens et américains.

 

Selon Douglas Herbert, spécialiste économie de FRANCE 24, ces mesures prises pour endiguer la chute des Bourses, ont laissé de côté d’autres problèmes, plus fondamentaux, qui pourrissent depuis plusieurs mois : l’affaiblissement de l’économie, l’augmentation du chômage et la baisse de la consommation. En d’autres termes, l’économie globale, totalement étranglée, semble crier : “Hé les gars, ne m’oubliez pas !”

 

Les pertes enregistrées mercredi et jeudi succèdent à la publication de chiffres portant sur l’économie réelle. En clair, malgré les plans de sauvetage, celle-ci ne se porte guère mieux. Les ventes américaines de détail ont baissé de 1,2 % en septembre (les dépenses des consommateurs représentent environ les deux tiers de l’économie américaine).


La crise du crédit, une pièce du puzzle


“Je ne crois pas que les gouvernements puissent faire grand chose de plus, estime John Higgins, un économiste spécialiste des marchés qui travaille pour le think tank britannique Capital Economics Ltd. L’injection de liquidités dans le marché était une bonne nouvelle. Cela a permis d’éviter une plus grosse catastrophe.”

 


Mais, précise Higgins, les mauvais chiffres de la consommation "ont poussée les investisseurs à se concentrer sur la baisse de l’économie réelle.”

 

 

A propos de la chute de 11,4% de la Bourse de Tokyo, mercredi, Higgins conseille de regarder les résultats dans leur ensemble : la veille, la place japonaise enregistrait une chute encore plus importante de -14,15 %.

 

Cela va s’empirer avant d’aller mieux

 

La question qui demeure aujourd’hui est "quand est-ce que les choses vont s’améliorer ?"

 

 

Higgins remarque que le prix du pétrole a récemment baissé après avoir atteint des sommets, ce qui devrait encourager la croissance économique et le commerce.

 

Le spécialiste ajoute, néanmoins, que la crise des subprimes et la tempête financière poussent de nombreux consommateurs à épargner plutôt qu’à dépenser. D’où la baisse des ventes au détail.

 

Seul le temps pourra guérir les blessures, conclut Higgins. Pour exemple, il cite le krach nippon de 1989. Le Nikkei était alors tombé de 40 000 à 10 000 points. Il avait alors fallu attendre 2002-2003 avant que l’économie japonaise ne se remette complètement.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.