Accéder au contenu principal
FOOTBALL - LIGUE 1

Marseille se hisse à la deuxième place à 1 point de Lyon

2 min

L'Olympique de Marseille a profité de sa victoire 3 buts à 1 à Valenciennes pour se hisser à la deuxième place de la Ligue 1 derrière Lyon. Les Phocéens restent la seule équipe invaincue du championnat après la neuvième journée.

Publicité

Des buts de Koné, Ben Arfa et Kaboré ont permis à Marseille de montrer sa puissance, de remporter le succès qu'il était venu chercher à Valenciennes (3-1) et de s'installer à seulement un point de Lyon, lors de la 9e journée de L1, dimanche au stade Nungesser.

Eric Gerets avait mis la pression sur ses joueurs. L'entraîneur avait réclamé une victoire. A trois jours du déplacement en Ligue des champions au PSV Eindhoven, il peut donc afficher une certaine satisfaction, son groupe ayant répondu même si une fin de match plus sereine l'aurait comblé davantage.

Même s'il a souffert, l'OM, seule équipe encore invaincue, a donc profité à plein de la baisse de régime de son meilleur ennemi, l'OL, qui a concédé le nul à domicile devant Lille (2-2) après sa défaite à Rennes (3-0). Avec en prime la meilleure attaque (18 buts) de la L1.

Le VAFC va, lui, de plus en plus mal. Après Nantes, Toulouse, Lille, cette défaite est la quatrième de rang. Il se retrouve juste devant la zone de relégation et souffre d'une attaque comme d'une défense trop fébriles, à l'image du but de Kaboré dans le temps additionnel (90+4).

L'éclair de Ben Arfa

Dominateurs, les Olympiens n'ont pas tardé à ouvrir le score. Bakari Koné a repris de la tête une frappe de Valbuena repoussée par la transversale (13). Les hommes d'Eric Gerets auraient ensuite pu augmenter leur avance sans des maladresses et quelques imprécisions, comme Cheyrou (45+1), Koné (36, 41).

Peu inspiré pendant 70 minutes, peut-être fatigué par la répétition des efforts avec l'OM comme avec l'équipe de France contre la Tunisie, Ben Arfa a rappelé qu'il était de la race des grands. Lancé en contre par Niang, l'international est allé battre Penneteau (2-0, 73) avant de sortir.

Face à la puissance marseillaise, les Nordistes qui avaient perdu Audel (douleurs aux ischios-jambiers), 26) ont souvent été au bord de la rupture. Surtout, ils ne sont créés que peu d'occasions. Ce n'est pas tant la volonté qui a fait défaut mais ils ont un manque évident de moyens.

Face une défense guidée par Hilton souvent bien placé, la première période s'est limitée à un tir de Tiene sur le dessus de la transversale. Avant le but de Pujol (81) synonyme d'espoir, la seconde s'est restreinte a une échappée de Saez (62) qui n'avait pas trouvé le cadre. Ensuite ils ont poussé. En vain.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.