Accéder au contenu principal

Le président de la Fed avance l'idée d'un second plan de relance

Le président de la Réserve fédérale américaine, Ben Bernanke, encourage vivement les États-Unis à mettre en place un second plan de relance de l'économie américaine. La Maison Blanche, ouverte sur le principe, pose ses conditions.

Publicité

Lire aussi nore dossier: "Le capitalisme mondial sur la sellette"

 
 

La Maison Blanche a répété lundi être ouverte à l'idée d'un deuxième plan de relance de l'économie américaine, en faveur duquel venait de se prononcer le Président de la Réserve fédérale américaine, Ben Bernanke.

La porte-parole de la Maison Blanche, Dana Perino, a cependant redit les objections du gouvernement aux propositions des adversaires démocrates du président George W. Bush pour un tel plan de relance.

"Nous avons l'esprit ouvert à ce sujet, mais, en ce moment, nous concentrons nos efforts sur le besoin urgent de faire appliquer (le) plan de sauvetage" de 700 milliards de dollars en faveur des banques, a-t-elle dit.

"Nous continuons à discuter avec les membres du Congrès et nous sommes ouverts aux idées que démocrates comme républicains présenteraient, qui stimuleraient l'économie et nous aideraient à sortir de cette phase descendante", a dit Mme Perino à bord de l'avion qui emmenait M. Bush en Louisiane pour une table ronde sur l'économie.

Un autre porte-parole de la Maison Blanche, Tony Fratto, a souligné que la Maison Blanche n'avait pas changé de discours sur la question, contestant par là que M. Bush se rallie de plus en plus à l'idée d'un second plan.

"Ce que les dirigeants du Congrès, les démocrates, ont présenté jusqu'alors fait partie d'un plan dont nous ne pensons pas qu'il stimulerait l'économie. Nous voudrions donc tout examiner très attentivement", a dit Mme Perino.

Elle réagissait au soutien apporté plus tôt dans la matinée par le chef de la Fed à l'idée d'un second plan de relance.

"Avec une économie qui sera probablement faible pendant plusieurs trimestres, et un certain risque d'un ralentissement prolongé, l'examen d'un plan budgétaire par le Congrès dans le contexte actuel semble approprié", a-t-il dit lors d'une audition par la commission du Budget de la Chambre des représentants.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.